BFM Business

Comment Pôle Emploi a-t-il pu verser 812 millions d'allocations en trop?

Pôle Emploi a versé 812 millions d'euros aux demandeurs d'emploi par erreur.

Pôle Emploi a versé 812 millions d'euros aux demandeurs d'emploi par erreur. - -

Pôle Emploi a révélé, ce mercredi 10 juillet, avoir versé 812 millions à tort aux demandeurs d’emploi. L’essentiel de ces erreurs provient du mode calcul compliqué pour ceux qui cumulent allocation chômage et travail.

Pôle Emploi a versé à tort 812 millions d'euros à des demandeurs d'emploi en 2012, soit une marge d'erreur de 2,5% sur les 33 milliards d'euros payés. Voilà ce que révèle un rapport du médiateur de l'administration. Cause principale de ces erreurs de calcul: la complexité du système d'indemnisation des chômeurs, notamment ceux qui cumule indemnités et activité.

Le médiateur de Pôle Emploi lui-même le reconnaît, les règles de calcul de l'assurance chômage sont trop compliquées et doivent être modifiées. C'est tout le système, trop complexe, qui est arrivé à saturation, explique le responsable.

65% des trop-perçus ont déjà été récupérés

Une large majorité de ses erreurs intervient lorsqu'il s'agit de calculer une indemnisation pour des demandeurs d'emplois qui ont une activité réduite, qui cumulent allocation chômage et travail. Ce qui est en fait le cas d'un chômeur sur deux!

Cela s’appelle le dispositif "activité réduite": lorsque le demandeur d'emploi a retrouvé un emploi quelques heures par mois, il a droit à une partie de ses indemnités, à condition qu'il ne dépasse pas 110 heures par mois. Et c'est là que le système est défaillant.

Les exemples sont fréquents. Lorsque l'allocataire déclare trop tard le nombre d'heures travaillées ou tout simplement lorsque l'agent de Pôle emploi calcule mal les nouveaux droits.

Pour le moment, 524 millions d'euros, c'est-à-dire 65% des trop-perçus, ont d'ores et déjà été récupérés auprès des demandeurs d'emploi. Il y a quelques semaines, le RSA avait été épinglé comme la prestation qui générait le plus d'erreurs de paiement.

Isabelle Gollentz