BFM Business

Comment lutter contre le chômage des travailleurs handicapés

Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée du handicap. (image d'illustration)

Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée du handicap. (image d'illustration) - François Guillot - AFP

Un rapport remis à Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, propose des pistes pour mieux insérer dans l'emploi les travailleurs handicapés, durement touchés par le chômage.

Nouer des partenariats entre grandes entreprises et PME, accroître l'accueil de jeunes en stage ou en alternance, ou encore sensibiliser les dirigeants aux différents handicaps, la plateforme RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), a formulé une quinzaine de recommandations pour "encourager les entreprises à prendre des initiatives en faveur de l'embauche et du maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés".

Quelque 5,7 millions de personnes en âge de travailler ont un handicap. Parmi elles, 2,7 millions bénéficient de la reconnaissance administrative d'un handicap, ce qui représente 6,6% de la population active. Malgré l'instauration d'une obligation d'emploi de 6% de travailleurs handicapés, en 1987 dans les entreprises privées puis en 2005 dans la fonction publique, les personnes handicapées éprouvent de fortes difficultés d'insertion professionnelle. 

Plusieurs freins sont mis en avant par cette plateforme réunissant les acteurs de la RSE en France: l'image du handicap au sein des entreprises, le coût et l'investissement "ressentis" du handicap, notamment par les PME, et la formation des travailleurs handicapés, quand près de 80% ont un niveau de formation inférieur ou égal au CAP/BEP.

Renforcer la norme "entreprise handi-accueillante"

Pour mieux former et recruter ces travailleurs, elle recommande notamment de créer des partenariats entre organisations professionnelles, écoles, universités, associations et entreprises dans un même territoire. Elle insiste en outre sur la mise en place territoriale d'un "interlocuteur unique identifié" pour les entreprises, ou encore le renforcement de l'accueil des jeunes en stage ou en alternance.

Contrairement aux grandes entreprises, qui ont des obligations légales en matière de RSE et peuvent mener des politiques spécifiques de lutte contre les discriminations liées au handicap, "les petites entreprises souffrent d'un manque de ressources humaines et financières pour mettre en place une politique" dédiée, pointe la plateforme.

Des "passerelles entre les PME et les grandes entreprises" devraient pouvoir être créées "sur un même territoire pour favoriser le maintien dans l'emploi" et s'inspirer de bonnes pratiques. Les entreprises les plus vertueuses pourraient être labellisées, en s'appuyant par exemple sur la norme française "entreprise handi-accueillante".

Enfin, "alors que plus de 80% des situations de handicap sont invisibles, l'image commune reste celle d'une personne en fauteuil roulant", est-il souligné. La plateforme rappelle la nécessité de "renforcer la sensibilisation et la communication" auprès des dirigeants d'entreprises.

A.M avec AFP