BFM Business

Chômage: 39.800 demandeurs d'emploi en plus en avril

Au mois d'avril, près de 40.000 chômeurs supplémentaires sont venus grossir les rangs de pôle emploi

Au mois d'avril, près de 40.000 chômeurs supplémentaires sont venus grossir les rangs de pôle emploi - -

Pour le 24ème mois consécutif, en avril, le nombre de chômeurs a augmenté selon les chiffres du ministère du Travail publiés ce jeudi 30 mai. Pour François Hollande, qui compte toujours inverser la courbe du chômage avant 2013, l'équation se complique encore un peu plus.

Jean-Marc Ayrault avait annoncé la couleur dès le début de la journée. Ce jeudi 30 mai, les chiffres du chômage, publiés par le ministère du Travail, ont été mauvais : le nombre de chômeurs a augmenté pour le 24ème mois consécutifs.

39.800 nouvelles personnes sans aucune activité sont ainsi venues grossir les rangs de Pôle emploi, au mois d'avril, soit une augmentation de 1,2% par rapport au mois précédent. Un chiffre d'autant plus mauvais qu'il est supérieur à la moyenne: depuis l'élection de François Hollande, le rythme moyen est, en effet, d'environ 25.000 nouveaux chômeurs par mois.

Sur un an, le nombre de demandeurs s'est accru de 12,5%.

Du coup, le nombre de demandeurs d'emploi a atteint un nouveau pic historique à 3,264 millions d'euros. Le mois précédent, le record de 1997 (3,195 millions) avait déjà été franchi.

Toutefois, l'interprétation du terme "record" doit être relativisée. En effet, si le nombre d'inscrits est bien supérieur au mois de janvier 1997, la population active a, elle aussi, augmenté (environ 3 millions de personnes en plus). Le taux de chômage est donc en réalité moins élevé qu'à l'époque (10,8%, contre environ 10,7% aujourd'hui).

François Hollande maintient son objectif

Concernant les raisons de cette dégradation, Jean-Marc Ayrault a lui-même expliqué dans une interview au groupe de presse Ebra (Le Dauphiné Libéré, Le Progrès, Dernières nouvelles d'Alsace...) que nous "sortons d'une période de deux trimestres d'une récession qui touche la France et toute la zone euro. Dans ces conditions, le marché de l'emploi ne peut repartir".

Et pour l'avenir, l'OCDE comme la Commission européenne ne s'attendent pas à une réelle amélioration. La première table sur un taux à 10,7% pour cette année et à 11,1% pour l'année prochaine. La seconde prévoit 10,6% pour 2013 et 10,9% pour 2014.

Mais malgré cela, François Hollande garde le cap. Mercredi 29 juin, il a, contre vents et marées, réaffirmé son objectif: inverser la courbe du chômage avant la fin 2013. "Je ne suis pas dans un concours de pronostics, je ne fais pas un pari sur l'avenir (...) Je fais une politique qui doit, à la fin de l'année 2013, inverser la courbe du chômage et après, en 2014, continuer à réduire le chômage", a-t-il déclaré.

Une boîte à outils qui peine à produire ses effets

"il va y avoir encore une augmentation du chômage jusqu'à la fin de l'année", mais "je ne vais pas me résigner", a-t-il ajouté.

Le président compte sur sa fameuse "boite à outils" pour changer la donne: contrats de générations, emplois d'avenir, et loi sur la sécurisation de l'emploi. Le problème est que ces instruments mettent du temps à produire leurs effets. Dans le cas des emplois d'avenir, on peut même parler de mauvais départ, avec 17.000 contrats signés à fin avril, alors que l'Elysée tablait sur 100.000 pour 2013…

Par ailleurs, alors qu'il reçoit ce jeudi la chancelière allemande Angela Merkel, le président risque de souffrir de la comparaison avec l'Allemagne, où le taux de chômage n'est que de 6,8%, selon l'agence nationale allemande pour l'emploi.

Le sujet devrait d'ailleurs probablement être évoqué par les deux dirigeants européens, ce soir, lors de leur conférence de presse commune. Ils devraient également mettre l'accent sur l'initiative commune contre le chômage des jeunes, qu'ils ont présenté mercredi, et qu'ils défendront prochainement devant leurs homologues européens.

A LIRE AUSSI:

>> Chômage: modérer les salaires pour relancer l'emploi

>> Emploi quel bilan pour Hollande et sa boîte à outils

>> Emploi: ces secteurs qui peinent à recruter

>> Le bénévolat, un moyen de retrouver un emploi?

Julien Marion