BFM Business

CGT: Thierry Lepaon jette l'éponge

Thierry Lepaon a finalement cédé à la pression

Thierry Lepaon a finalement cédé à la pression - Nicolas Tucat - AFP

Le leader de la CGT a décidé de démissionner, rapporte une source interne à la confédération syndicale, ce mercredi 7 janvier. Un nouveau secrétaire général doit être annoncé la semaine prochaine.

Thierry Lepaon a finalement cédé à la pression. L'actuel secrétaire général de la CGT a, en effet, décidé de présenter sa démission, selon une source interne au syndicat citée par l'AFP, ce mercredi 7 janvier.

C'est la première fois dans l'histoire de la CGT depuis 1909 qu'un numéro un est contraint à la démission. Conséquence de cette décision: il y aura "un nouveau secrétaire général" la semaine prochaine", a ajouté cette source.

Outre Thierry Lepaon, l'ensemble des membres du bureau confédéral de la CGT ont annoncé qu'ils démissionnaient pour laisser la place à une nouvelle direction.

Un petit groupe de travail sera chargé de réfléchir à la composition d'un nouveau bureau, avec un nouveau secrétaire général, d'ici à lundi prochain et une nouvelle réunion de la commission exécutive de l'organisation.

Sur la sellette depuis octobre

Mardi, Thierry Lepaon et les huit autres membres du bureau de la CGT avaient décidé de remettre en jeu leur mandat, en proposant au CCN de se prononcer sur leur reconduction ou leur désaveu. Un vote devait ainsi intervenir lors de la prochaine réunion du CCN, le 13 janvier prochain. Finalement, Thierry Lepaon a décidé de ne pas attendre ce verdict.

Le leader de la CGT était sur la sellette depuis les révélations fin octobre sur les dépenses liées à son train de vie (rénovations onéreuses de son appartement de fonction et de son bureau, indemnités de départ perçues de la CGT Basse-Normandie). 

La question de la succession se pose

Mais jusqu'à présent, il avait refusé contre vents et marées de rendre son tablier. Des voix s'étaient néanmoins multipliées pour pousser Thierry Lepaon à démissionner. La première fédération de la CGT, celle des services publics, avait, le 12 décembre, notamment appelé le dirigeant à partir. Lundi, l'ancien secrétaire général Louis Viannet a fait de même, jugeant que Thierry Lepaon avait "perdu sa crédibilité, à l'intérieur comme à l'extérieur" de la CGT.

La démission de Thierry Lepaon pose désormais la question de sa succession. L'ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie, suggérait, dans un entretien au Figaro du 6 janvier, que Bernard Thibault, le prédécesseur de Thierry Lepaon, reprenne le pouvoir. Une perspective que n'approuvait pas l'ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot, interviewée sur BFM Business. "Je ne sais pas si un retour de Bernard Thibault est souhaitable. Il faut aller de l'avant et ne pas penser que le passé est toujours mieux que le futur", a-t-elle estimé. 

J.M. avec agences