BFM Business

CGT: l'administrateur trésorier démissionne

Thierry Lepaon avait rejeté la faute sur Eric Lafont, après les révélations sur les coûteux travaux dans son appartement de fonction..

Thierry Lepaon avait rejeté la faute sur Eric Lafont, après les révélations sur les coûteux travaux dans son appartement de fonction.. - Jacques Demarthon - AFP

Eric Lafont a démissionné de son poste d'administrateur trésorier de la CGT, a-t-on appris mardi 9 décembre. Il avait notamment validé les coûteux travaux dans l'appartement et le bureau de Thierry Lepaon.

Ce n'est qu'une demi-surprise: Eric Lafont, l'administrateur trésorier de la CGT, a démissionné mardi 9 décembre. C'est ce qu'a indiqué une source interne à l'AFP, confirmant une information d'i-télé. Il avait notamment validé des coûteux travaux dans l'appartement de fonction et le bureau du numéro un Thierry Lepaon

A la suite de ces révélations, ce dernier avait affirmé qu'une "faute collective" avait été "commise" et l'avait imputé principalement à Eric Lafont. Cette "faute collective ne masque pas des responsabilités individuelles", avait-il dit, affirmant qu'il n'était pas au courant du montant des dépenses.

Il avait en outre annoncé qu'Eric Lafont serait chapeauté par un nouveau directeur financier et administratif qui sera recruté prochainement.

Thierry Lepaon devra aussi s'expliquer

La démission du trésorier intervient alors que la commission exécutive de l'organisation syndicale se réunit ce mardi, notamment afin de faire le point sur les polémiques autour de son secrétaire général. Outre les dépenses élevées consenties pour rénover son appartement de fonction (105.000 euros) et son bureau (62.000 euros), Thierry Lepaon se trouve dans le collimateur de ses pairs pour avoir touché des indemnités (31.000 euros) lors de son départ de la CGT Basse-Normandie. Lundi, l'hebdomadaire Marianne a également révélé que cette pratique avait lieu "depuis plus de 20 ans".

La commission exécutive de la CGT aurait décidé de convoquer son Parlement, le CCN, seule instance habilitée à enclencher une procédure pour renvoyer Thierry Lepaon, en janvier, selon LeMonde.fr. Mais le site du quotidien explique que pour autant "rien n'indique que la question (de l'avenir de Thierry Lepaon, ndlr) ne sera à l'ordre du jour". 

La CGT dans la tourmente

Le dirigeant, dont le mandat s'achève en 2016, avait promis "la transparence complète" sur ces sujets. Un rapport financier devait ainsi être présenté aux membres de la commission.

Ces affaires ont néanmoins plongé la confédération syndicale dans la tourmente, certains cadres n'hésitant pas à réclamer la démission de Thierry Lepaon. Vendredi, ce dernier avait refusé de se plier à ces demandes. 

La commission exécutive de la CGT, réunie ce mardi, n'a pas le pouvoir de destituer le secrétaire général. Mais elle peut tout à fait convoquer le "parlement" de la CGT (Comité confédéral national, CCN), seule instance à pouvoir engager cette procédure. 

Y.D. avec AFP