BFM Business

Cette mesure qui aidera les chômeurs à trouver du travail à l'étranger

Pôle emploi pourrait bientôt verser les allocations chômage pendant six mois aux chômeurs désireux de tenter leur chance à l'étranger.

Pôle emploi pourrait bientôt verser les allocations chômage pendant six mois aux chômeurs désireux de tenter leur chance à l'étranger. - Philippe Huguen - AFP

Dans le cadre de sa lutte contre le tourisme social, la Commission européenne a dévoilé une série de mesures, dont l’une pourrait aider les demandeurs d’emploi français à s'expatrier. Ils pourraient continuer à toucher leurs allocations pendant 6 mois.

Le secret quand on cherche du travail, c'est la mobilité. Plus on élargit le champ de ses recherches, plus ses chances de décrocher un job augmente. Mais jusqu'à maintenant, de nombreux chômeurs, notamment français, hésitaient à étendre leurs investigations au-delà des frontières nationales. Et pour cause, en quittant leur pays pour tenter leur chance ailleurs en Europe, on perd très vite le bénéfice de ses allocations chômage. Cet handicap pourrait être partiellement levé grâce à la Commission européenne. En présentant son projet de lutte contre le "tourisme social", l’UE a en effet formulé une proposition pour garantir la sécurité juridique des travailleurs.

Si celle-ci était mise en place, les Européens cherchant un emploi dans un autre pays de l’Union pourraient en effet continuer de toucher les prestations chômage de leur pays d’origine pendant 6 mois. Une bonne nouvelle pour les demandeurs d'emploi français, donc, puisque les règles actuelles ne leur garantissent que trois mois de versement des allocations.

La France favorable "sur le principe"

Reste à savoir si les gouvernements et le Parlement européen valideront cette mesure. Côté français, la question n’est pas tranchée. "C’est aussi une question de diplomatie, et donc cela nécessite un arbitrage interministériel qui n’a pas encore eu lieu", fait savoir le ministère du Travail. "Mais la France est, sur le principe, favorable à toute mesure pouvant favoriser la reprise d’emploi des chômeurs français". 

Si cette disposition était mise en place, ces derniers pourraient donc plus facilement tenter leur chance dans des pays où le taux de chômage est bien plus faible qu’en France, tels que l’Allemagne, ou le Danemark. Voire le Royaume-Uni en cas de Brexit "à la carte".

Y.D.