BFM Business

Ces métiers où l'on est sûr de trouver un emploi

Une offre d'emploi pour un poste de kinésithérapeute reçoit 20 fois moins de candidatures que la moyenne.

Une offre d'emploi pour un poste de kinésithérapeute reçoit 20 fois moins de candidatures que la moyenne. - Jean-Sebastien Evrard - AFP

Le chômage a beau rester à un niveau très élevé, certains employeurs désespèrent de trouver les recrues dont ils ont besoin. Les offres non pourvues concernent le secteur de la santé, mais aussi des métiers nécessitant une formation plus simple d'accès, dans le BTP et l'artisanat.

Les demandeurs d'emplois qui cherchent à se reconvertir dans un secteur qui embauche devraient se pencher sur le dernier baromètre de Jobintree. En croisant les offres d'emplois publiées sur son site avec le nombre de candidatures reçues, le site est parvenu à publier un baromètre trimestriel des métiers en tension très éclairant (1). Les 20 métiers les plus recherchés concernent essentiellement le secteur de la santé, du BTP mais également de l'artisanat.

En tête de liste des métiers les plus recherchés, se hisse celui de kinésithérapeute, où pour chaque annonce d'offre d'emploi, un employeur reçoit en moyenne cinq candidatures, soit vingt fois moins que la moyenne tous métiers confondus. Les ergothérapeutes et les orthophonistes sont également très demandés (10 fois moins de réponses que la moyenne). 

-
- © -

Mais si ces métiers nécessitent une formation pointue, d'autres sont nettement plus accessibles et peinent tout autant à être pourvus. Les auto-écoles peinent par exemple à trouver des moniteurs (11 fois moins de candidatures que la moyenne). Les auxiliaires de vie, les coiffeurs ou encore les bouchers se font également trop rares. Tout comme les couvreurs. Une pénurie qui s'expliquerait par le manque de jeunes formés pour ces métiers.

"Les points communs de ces professions: des filières de formation techniques, peu valorisées auprès des élèves, alors que leurs débouchés sont aujourd’hui certains ! L’optimisation de l’orientation au collège et au lycée permettrait d’améliorer rapidement l’adéquation entre l’offre et la demande dans ces secteurs…", explique Carlos Goncalves, Directeur Général de Jobintree.

(1) Etude réalisée à partir de 186.000 offres publiées et 1.350.000 candidatures entre le 1er juillet et le 30 septembre.

C.C.