BFM Business

"Certains patrons en état de quasi-panique" selon Laurence Parisot

-

- - -

Dans une interview au Figaro, la présidente du Medef, dresse un tableau alarmant de la santé des entreprises françaises et réclament 30 milliards d'allégements de charges.

"Nous sommes passés d'un avis de tempête à un avis d'ouragan", lance, dans une interview au Figaro du 15 octobre, Laurence Parisot. Aucun secteur d'activité n'affiche de prévisions autres que pessimistes jusqu'à la fin de l'année", estime la présidente du Medef, ajoutant que "certains patrons sont en état de quasi-panique".

Revenant sur le dossier de la compétitivité des entreprises, elle estime que "le choc doit être court et se produire sur deux ou trois ans au maximum". Selon elle, ce choc devrait se traduire par un transfert de charges patronales et salariales d'au moins 30 milliards d'euros. Elle réaffirme sa préférence par une hausse conjointe de la TVA et de la CSG pour le compenser.

La présidente du Medef s'exprime alors que Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer la tenue d'un séminaire gouvernemental, début novembre, au lendemain de la remise du rapport Gallois, pour lancer le chantier de la compétitivité.

BFM Business