BFM Business

"Ce n'est pas à Mittal de choisir la politique industrielle de la France"

Benoît Hamon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce jeudi 13 décembre sur BFMTV/RMC.

Benoît Hamon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce jeudi 13 décembre sur BFMTV/RMC. - -

Benoît Hamon, le ministre de l'Economie sociale et solidaire, a voulu mettre les choses au point, ce jeudi 13 décembre, après les nouvelles déclarations de Lakshmi Mittal.

En France, "les lois s'appliquent à Lakshmi Mittal comme à tous les autres". Même s'il a gardé une certaine mesure dans ses propos, Benoît Hamon, le ministre de l'Economie sociale et solidaire, a semblé remonté sur BMFTV et RMC, ce jeudi 13 décembre.

Les déclarations de Lakshmi Mittal, le propriétaire du site industriel de Florange, parues dans le Figaro de ce jour, n'y sont évidemment pas étrangères. L'industriel indien a notamment qualifié la possibilité d'une nationalisation de "bond en arrière". Ce à quoi Benoît Hamon a sèchement répondu: "Ce n'est pas à Mittal de choisir la politique industrielle de la France".

Et même si le ministre a "écouté les arguments de Jean-Marc Ayrault" et a été "convaincu" par ceux-ci, la nationalisation n'en reste pas moins comme une option envisageable, une option dénuée d'"idéologie" selon lui.

Prenant appui sur des exemples britanniques et américains (avec General Motors), il a prévenu Lakshmi Mittal: "Si, pragmatiquement, la nationalistaion se révèle être le meilleur instrument, on ne lui demandera pas son autorisation".

Yann Duvert