BFM Business

Assurance chômage: Gattaz propose un "diagnostic" aux syndicats

Les négociations sur l'assurance chômage ont échoué en juin dernier

Les négociations sur l'assurance chômage ont échoué en juin dernier - Kenzo Tribouillard - AFP

En préalable d'une éventuelle reprise des négociations, le Medef propose aux syndicats un "diagnostic partagé" sur l'assurance chômage. Pour FO, l'organisation patronale "joue la montre avant la présidentielle".

Le Medef a proposé aux syndicats de faire un "diagnostic partagé" de l'assurance chômage, selon un courrier consulté mercredi par l'AFP. L'organisation patronale le pose comme un "préalable" à une éventuelle réouverture des négociations sur le sujet, qui avaient échoué en juin. 

"Je crois que nous devons mieux comprendre les raisons de notre échec, au travers d'un diagnostic partagé plus approfondi, et l'élaboration d'une vision commune préalable à la reprise d'une négociation, si nous voulons la réussir", écrit le président du Medef, Pierre Gattaz.

France Stratégie rattaché au diagnostic

"A défaut, je ne crois pas que nous puissions renouer à court terme les fils d'une négociation sereine sur le sujet", poursuit Pierre Gattaz, précisant qu'il n'est "pas favorable à laisser l'État prendre la main". Il propose de "profiter des quelques mois qui viennent pour poser ensemble une vision de l'évolution du marché du travail pour les prochaines années", avec la contribution de France Stratégie, organisme de réflexion rattaché à Matignon, et du Conseil d'orientation pour l'emploi.

FO condamne les contrats courts

Côté syndicats, le négociateur de FO, Michel Beaugas a estimé que le diagnostic était "déjà fait". "Il en est ressorti que ce qui coûtait à l'assurance chômage c'était, entre autres, l'abus de contrats courts. Donc, si on fait de nouveau un diagnostic on arrivera au même résultat, vu que le Medef n'a pas changé sa position sur les contrats courts".

Selon le responsable syndical, "tout ça est fait pour jouer la montre en attendant la présidentielle". "C'est très risqué de faire un nouveau constat d'échec pendant la présidentielle ou juste après, car le futur gouvernement pourrait être tenté de récupérer le dossier", a-t-il commenté.

En revanche, si le groupe paritaire prévu par la convention d'assurance chômage, chargé de proposer des évolutions aux négociateurs, est "réactivé, FO ira car on ne pratique jamais la chaise vide", fait-il savoir. 

M.L. avec AFP