BFM Business

Arkema : 70 millions d’investissement en France gelés

Arkema renonce à son projet d'investir 70 millions d'euros pour ouvrir un site de production au sud de Lyon

Arkema renonce à son projet d'investir 70 millions d'euros pour ouvrir un site de production au sud de Lyon - -

Le chimiste comptait ouvrir une unité de production dans le sud de Lyon, mais se réorganiser dans le même temps. Face à la résistance des représentants du personnel, le groupe a annoncé ce 19 novembre le gel du projet.

Face à l'opposition de la CGT, Arkema renonce à investir dans le Rhône, a-t-on appris ce lundi. Le chimiste souhaitait créer une unité de production au sud de Lyon, mais l'investissement s'accompagnait d'un plan de réorganisation auquel s’opposait le syndicat.

Un sale coup pour les promoteurs du made in France : Arkema voulait investir 70 millions d'euros sur le site de Pierre-Bénite, dans la banlieue lyonnaise, afin d'augmenter de 50% la production de Kynar, un produit à haute valeur ajoutée utilisé dans les panneaux solaires.

La production bloquée pendant trois semaines

L’investissement se serait accompagné d'une trentaine de suppressions de postes dans une autre usine, dans les Alpes-de-Haute-Provence, et d'une réorganisation assez profonde à Pierre-Bénite. "Inacceptable", a jugé la CGT, qui a bloqué la production pendant trois semaines.

"Nous ne sommes pas contre cet investissement, explique le syndicat. Mais pour nous, une unité de production en plus doit vouloir dire des créations de postes en plus". La CGT qui dénonce "un chantage à l'investissement".

La direction, pressée par ses clients de reprendre sa production, décide alors, en fin de semaine dernière, de retirer le projet et donc les 70 millions d'euros d'investissement : "On ne peut pas se permettre d'avoir une usine prise en otage", explique le groupe.

Laurent Mimouni