BFM Business

ArcelorMittal s’attend à une perte historique en 2012

L'année 2012 aura été une année noire pour ArcelorMittal en Europe

L'année 2012 aura été une année noire pour ArcelorMittal en Europe - -

D’après Les Echos ce 24 décembre, les comptes de l’aciériste seront dans le rouge en 2012, pour la première fois depuis la crise de 2008.

La demande d’acier aurait chuté de 8% en 2012 selon Les Echos. ArcelorMittal va en conséquence déprécier ses actifs européens de plus de trois milliards d’euros au quatrième trimestre. De ce fait, le groupe va déplorer des pertes cette année, ce qui ne lui était plus arrivé depuis la crise de 2008.

L’activité s’était pourtant bien tenue en 2011, et jusqu’au deuxième trimestre 2012. Mais au troisième trimestre, le sidérurgiste commençait à accuser des perte d’un demi-milliard d’euros. Son chiffre d’affaires, lui, reculait de presque 20%.

La demande d'acier en baisse de 30% en cinq ans

Ces annonces ont fait réagir agences de notation et marché. Fitch a ainsi placé la note de l’aciériste en catégorie spéculative vendredi, et l’action Arcelor a perdu près de 2,5% à la Bourse de Paris sur la journée du 21 décembre.

Il faut dire que le marché européen de l’acier va mal en Europe. Depuis 2007, la demande s’est tassée de 30%. Nombreux sont les sidérurgistes, à l’instar de l’Allemand Voestalpine, à se désengager du Vieux Continent. Pour le groupe de Lakshmi Mittal, qui réalise plus de la moitié de son activité en Europe, c’est plus délicat.

Après la fermeture des hauts fourneaux de Florange, l’avenir des autres sites français, et européens, du groupe, n’est pas assuré. Les 97 000 salariés d’ArcelorMittal en Europe sont inquiets.

Nina Godart