BFM Business

Accord chez Lejaby, les ouvrières lèvent l'occupation

Manifestation des salariées de Lejaby, à Rillieux, près de Lyon. La direction et les syndicats de Lejaby ont trouvé un accord améliorant les primes de licenciement, ce qui a mis fin mercredi au blocus du siège du fabricant de lingerie féminine entamé le 1

Manifestation des salariées de Lejaby, à Rillieux, près de Lyon. La direction et les syndicats de Lejaby ont trouvé un accord améliorant les primes de licenciement, ce qui a mis fin mercredi au blocus du siège du fabricant de lingerie féminine entamé le 1 - -

LYON (Reuters) - La direction et les syndicats de Lejaby ont trouvé un accord améliorant les primes de licenciement, ce qui a mis fin mercredi au...

LYON (Reuters) - La direction et les syndicats de Lejaby ont trouvé un accord améliorant les primes de licenciement, ce qui a mis fin mercredi au blocus du siège du fabricant de lingerie féminine entamé le 16 septembre.

Les négociations ont abouti dans la nuit à Rillieux-la-Pape (Rhône). Le protocole d'accord a été approuvé par 80% des ouvrières lors d'un vote en fin de matinée et l'occupation s'est terminée à 14h00, a-t-on précisé de sources syndicales.

L'accord ne revient pas sur la fermeture de trois usines ni sur le plan social qui prévoit 197 licenciements. Le plan social de Lejaby, le second depuis 2003, a été lancé en vue d'une délocalisation de la production en Asie et au Maghreb.

Au terme des négociations, la direction a fait passer de 10.000 à 15.000 euros les indemnités de licenciement des ouvrières remerciées, une somme forfaitaire à laquelle s'ajouteront 600 euros par an pour les cinq premières années d'ancienneté et 500 euros pour chaque année suivante, a-t-on appris auprès de la CFDT.

"Je suis à moitié satisfaite, j'aurais préféré qu'on garde des emplois sur le territoire", a déclaré à Reuters Nicole Mendez, représentante CFDT de l'entreprise.

La société va fermer les usines de Bellegarde (Ain), Bourg-en-Bresse (Ain) et du Teil (Ardèche) pour ne conserver que le siège social de Rillieux-la-Pape, en banlieue lyonnaise, qui emploie 336 salariés, et l'usine d'Yssingeaux (Haute-Loire), qui compte 96 salariés. La direction a motivé sa décision par une baisse des ventes et du chiffre d'affaires.

L'accord rend caduque la procédure de justice ouverte mercredi par la direction de Lejaby pour obtenir l'évacuation du siège social.

Le fabricant produit plusieurs grandes marques de lingerie féminine en dehors de sa propre marque, comme Rasurel, Nina Ricci et Elixir. Le marché de la lingerie féminine est estimé à 14,3 milliards d'euros en Europe et 2,6 milliards en France. Les Françaises dépensent en moyenne 98 euros par an pour leurs sous-vêtements.

Catherine Lagrange, avec Laure Bretton à Paris, édité par Gilles Trequesser