BFM Business

200 millions de chômeurs dans le monde en 2013

Les agences pour l'emploi, comme ici en Espagne, devraient enregistrer 3,3 millions de chômeurs en plus cette année.

Les agences pour l'emploi, comme ici en Espagne, devraient enregistrer 3,3 millions de chômeurs en plus cette année. - -

4 millions de chômeurs supplémentaires ont été enregistrés l'année dernière à travers le Monde, selon les estimations de l'Organisation internationale du travail. Le taux de chômage est stable, à 6%.

Il n'y a pas qu'en France que le chômage augmente. Si l'on en croit les dernières estimations de l'Organisation internationale du travail (OIT), environ 4 millions de chômeurs supplémentaires sont venus grossir les rangs des différentes agences pour l'emploi à travers le monde.

Au total, le monde comptait 199,8 millions de chômeurs en 2013, selon le rapport annuel de l'OIT.

Le taux de chômage en 2013 est "resté largement inchangé à 6%" de la population active, ajoute le rapport, qui relève cependant que 90% des nouveaux emplois dans le monde seront créés dans les pays en développement à moyen terme.

De ce fait, les migrations vont se faire dans le sens Sud-Sud et aussi Nord-Sud, relève l'OIT, car les personnes en recherche d'emploi vont se rendre en priorité dans les régions qui créent des emplois.

3,3 millions de chômeurs en plus en 2014

Pour 2014, l'OIT s'attend à une hausse de 3,3 millions du nombre des chômeurs dans le monde. "D'ici à 2019, le chômage atteindra 213 millions", prévoit également l'organisation internationale, et "le nombre de sans-emplois devrait se maintenir globalement au niveau actuel de 6% jusqu'en 2017".

Des trajectoires différentes pour les économies développées et émergents

Depuis 2009, les économies avancées et les économies émergentes ont réagi de manière différente sur le plan de l'emploi. Dans les économies avancées, le taux de chômage a grimpé à 8,5% au début de 2009, contre 5,8% en 2007, avant le début de la crise.

En revanche, dans les pays en développement, le taux de chômage n'a que faiblement progressé, passant de 5,4% en 2007 à 5,8% en 2009, en raison notamment d'un système de protection sociale beaucoup moins favorable, qui ne leur permet pas de percevoir longtemps des indemnités pour perte d'emploi.

J.M. avec AFP