BFM Eco

Elon Musk vend des shorts pour que ses détracteurs aillent se rhabiller

Elon Musk a mis en vente un short en satin rouge à 69,420 dollars

Elon Musk a mis en vente un short en satin rouge à 69,420 dollars - Eva Hambach

Le patron de Tesla raille régulièrement les investisseurs qui pensent que l'entreprise vaut bien trop chère à Wall Street et mise sur sa chute en plaçant des ordres appelés "short" en anglais. D'où son idée de vendre des shorts en satin rouge.

Elon Musk se moque régulièrement des spéculateurs qui parient sur la débâcle de Tesla en Bourse en "shortant" l'action. Pour les railler encore un peu plus, il vient de mettre en vente sur le site du constructeur de véhicules électriques des shorts en satin rouge.

"Profitez du confort exceptionnel fourni par la sonnerie de la clôture de Wall Street", détaille la description du vêtement, proposé depuis dimanche mais déjà en rupture de stock lundi.

Sur le devant y apparait le logo de l'entreprise en broderie dorée tandis que sur les fesses est apposée l'inscription "S3XY", une référence aux modèles de voitures de Tesla. Il est vendu symboliquement à 69,420 dollars, l'association du nombre à caractère sexuel 69 et du chiffre 420, une référence populaire au cannabis ainsi que le prix par action qu'Elon Musk avait proposé sur Twitter à l'été 2018 pour retirer le groupe de la Bourse. Ce message, qui avait fait bondir le titre à Wall Street, lui avait valu les remontrances des autorités boursières.

Le constructeur automobile le plus cher au monde

Le fantasque patron raille régulièrement sur Twitter les investisseurs qui pensent que l'entreprise vaut bien trop chère à Wall Street et mise sur sa chute en plaçant des ordres appelés "short" en anglais. Cela n'empêche pas Tesla d'exploser en Bourse, où le groupe est devenu la semaine dernière le constructeur automobile le plus cher au monde en dépassant le numéro un mondial du secteur Toyota, alors qu'il vend bien moins de voitures.

Elon Musk, considéré comme un visionnaire mais aussi comme un patron imprévisible, s'était alors déjà moqué des "shorters" en leur promettant la confection des fameux shorts. Il avait aussi proposé d'en envoyer quelques-uns à la Commission de supervision des marchés boursiers américains, rebaptisée ironiquement "Commission d'enrichissement des spéculateurs", "pour les réconforter en ces temps difficiles".

C.C. avec AFP