BFM Business

Week-end de l’Ascension: 12 millions de Français vont mettre les voiles

Selon une étude menée par Protourisme, 12 millions de Français vont partir pendant ce week-end de l'Ascension. C'est un million de plus que l'an passé. 70% d'entre eux privilégient en outre un séjour dans l'Hexagone.

Avec 95% de taux d’occupation, c’est le premier pic de fréquentation de l'année pour les hébergements touristiques. Selon une étude menée par Protourisme, 12 millions de Français vont partir loin de chez eux durant ce week-end de l’Ascension, soit un million de plus par rapport à l’an passé. 70% d’entre eux privilégient d'ailleurs un séjour et en France et les 30% restants à l’étranger.

"On voit qu’il y a une forte fréquentation sur le littoral. C’est le premier pont où les Français vont sur le littoral parce que toutes les conditions sont réunies", observe Didier Arino, président général de Protourisme, pour qui ce pont est celui qui "lance la saison".

225 euros de dépense moyenne par foyer et par jour

Préoccupés par les derniers mois de contestation des gilets jaunes, les professionnels du secteur peuvent souffler un peu alors que la fréquentation touristique était en baisse de 15% depuis le début du mois de mai par rapport à l’an dernier.

Autre bonne nouvelle, 45% des Français qui partent ont choisi un hébergement payant. La dépense moyenne par jour et par foyer est de l’ordre de 225 euros. Un chiffre en hausse après une stagnation du pouvoir d’achat ces dernières années. "Il y a un regain de pouvoir d’achat qui se traduit par une augmentation des taux de départ en vacances des Français". Pour cet été, un million de vacanciers supplémentaires sont également attendus par rapport à 2018.

Quel effet sur la croissance?

Si le nombre de Français qui mettent les voiles durant le pont de l’Ascension est "le signe que tout va bien pour le bien-être et la santé globale", il en va autrement pour l’économie, note Pascal de Lima, chef économiste Harwell management.

Selon lui, les jours non travaillés coûtent entre 2 et 4 milliards d’euros par an au PIB français. Au total, les Français bénéficient de 36 jours de congés, dont 11 jours fériés. Ce qui les situent dans la moyenne basse de l’Europe. "Le problème, ce n’est pas le nombre de jours fériés. C’est le cumul des jours fériés, des ponts liés aux congés payés, sans parler des RTT qui font qu’on arrive à faire exploser le nombre de jours non travaillés", estime Pascal de Lima.

Le coût des jours non travaillés pour l’économie française reste néanmoins "contenu" au regard des plus de 2200 milliards d’euros de richesses créées dans l’Hexagone chaque année, selon le chef économiste. Contrairement à 2014 où les jours fériés de mai étaient tombés un jeudi, l’année 2019 limite la casse puisque les premiers jours fériés de mai sont tombés un mercredi. "Donc c’est plus compliqué de poser jeudi et vendredi", ajoute Pascal de Lima.

Paul Louis