BFM Business

L'UE va lancer un portefeuille numérique pour faciliter la vie des Européens

Union Européenne

Union Européenne - Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Cet écosystème, qui pourra rassembler des documents essentiels et des moyens de paiement, ne sera pas obligatoire et promet d'être "extra-sécurisé." Bruxelles va en présenter les plans ce mercredi pour une mise en place d'ici un an.  

Après le pass sanitaire, le portefeuille numérique. Selon le Financial Times, l'Union européenne va présenter mercredi un portefeuille virtuel destiné aux citoyens européens qui leur permettra de conserver dans une application un certain nombre de documents et de moyens de paiements pour leur faciliter la vie dans leurs trajets au sein des Etats membres.  

Selon les sources du Financial Times, ce portefeuille virtuel ne sera pas obligatoire mais permettra à ceux qui le souhaitent d'avoir accès à tout un écosystème numérique "extra-sécurisé et d'une grande flexibilité": permis de conduire, carte d'identité, moyens de paiement, mots de passe…

Gain de temps

L'idée est de simplifier la vie des Européens. Par exemple, l'application permettra de louer un véhicule à distance, sans passer par le comptoir du loueur pour transmettre ses documents. Un gain de temps qui répond parfaitement à l'ère post-covid, croit savoir l'UE, qui s'apprête à mettre en place un pass sanitaire pour les voyages en Europe cet été.  

L'idée est surtout d'apporter une concurrence aux GAFA américains dont on confie de plus en plus nos données personnelles comme les numéros de cartes de crédit. "Les gens auront également le pouvoir de décider de la quantité d'informations qu'ils transmettent, tandis que Google et d'autres ne vous laissent pas décider ce que vous donnez" explique une source au FT. Bruxelles promet d'ailleurs des digues pour empêcher l'exploitation commerciale des données. 

Ce futur portefeuille fait en réalité partie de la vaste politique numérique de l'Union européenne dont le point d'orgue reste le Digital Services Act, censé mettre au pas les GAFA mais aussi dynamiser l’innovation sur le continent. 

Thomas Leroy Journaliste BFM Business