BFM Eco

5G : Londres rassure Huawei par une restriction sans exclusion

Le Royaume-Uni a annoncé mardi qu'il allait limiter l'accès d'équipementiers télécoms "à risque" à ses réseaux 5G mais n'allait pas les en exclure. Huawei s'est aussitôt dit "rassuré". Cette avis, dans la ligne de l'Union européenne "déçoit" Washington.

Huawei ne sera exclu ni de l'Union européenne, ni de Grande-Bretagne. Le Royaume-Uni vient d'annoncer son intention de limiter l'accès d'équipementiers télécoms "à risque" à ses réseaux 5G. Par contre, il n'est pas question d'interdire son marché. Cette annonce, dans la ligne de l'Union européenne, déçoit Washington qui incitait les Britanniques à s'aligner sur sa volonté d'exclure le géant chinois.

Le communiqué britannique diffusé après une réunion du Conseil de sécurité nationale ne cite pas l'équipementier chinois, mais c'est bien Huawei qui est visé par cette décision.

Huawei s'est aussitôt dit "rassuré par la confirmation du gouvernement britannique que nous pouvons continuer à travailler avec nos clients afin de poursuivre le déploiement de la 5G", dans un communiqué séparé.

L'UE va imposer des "règles strictes"

Ce mardi, l'UE a également annoncé sa décision de ne pas exclure Huawei "par principe". Toutefois, le développement du réseau 5G en Europe sera réglementé par des "règles strictes", a déclaré mardi le Commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton.

"Il ne s'agit pas d'être discriminant, il s'agit tout simplement de fixer des règles. Elles seront strictes, elles seront exigeantes et évidemment on accueillera en Europe tous les opérateurs qui voudront bien les appliquer", a-t-il dit, devant des eurodéputés.

L'ancien ministre français de l'Economie, qui fut aussi patron de l'opérateur France Télécom, va présenter mercredi une "boîte à outils" concoctée par les Etats membres de l'Union en coordination avec la Commission européenne.

Numéro deux sur le marché des smartphones, Huawei s'est imposé dans le développement de l'internet mobile ultra-rapide 5G face à ses rivaux suédois Ericsson, finlandais Nokia et sud-coréen Samsung.

Pascal Samama