BFM Business

Sommet européen sur les budgets: Paris et Rome se rebellent

Paris et Rome refusent de se laisser dicter leur conduite budgétaire par la Commission européenne.

Paris et Rome refusent de se laisser dicter leur conduite budgétaire par la Commission européenne. - Philippe Wojazer - Reuters

L'ambiance est décidément houleuse à Bruxelles ce vendredi, alors que se tient un sommet sur le budget 2015 des Etats membres. La France et l'Italie, à qui des efforts sont réclamés, se rebellent publiquement.

Au deuxième jour d'un conseil européen, ce vendredi 24 octobre, les chefs d'Etat abordent les questions budgétaires des Etats membres dans une ambiance tendue. Après la Grande-Bretagne outrée qu'on lui demande de rallonger sa participation au budget européen, la France et l'Italie font de la résistance.

Parmi les cinq pays à qui la Commission demande des comptes sur leur budget 2015 figurent les deuxième et troisième économies de la zone euro. Des puissances qui n'acceptent pas de se laisser dicter leur conduite par Bruxelles.

La France ne fera pas plus d'économies

L'Hexagone n'atteindra pas les 3% de déficit réclamés par Bruxelles avant 2017. Son projet de loi de Finances pour 2015 prévoit en outre 21 milliards d'euros d'économies. Mais cela ne suffit pas pour la Commission européenne qui, comme l'a confirmé François Hollande ce vendredi, a envoyé une lettre demandant plus d'efforts à la France.

Pas question d'aller au-delà de ce montant d'économies, a prévenu le président Hollande. "Les économies, nous les avons présentées" et elles s'élèvent à "21 milliards d'euros en 2015", a-t-il insisté. "On peut voir comment on peut mieux mobiliser certaines ressources, mieux calculer certaines dépenses, mais il n'y aura pas de modifications sur ce point", a-t-il assuré.

Un peu plus au sud de l'Europe, l'Italie a également reçu un courrier de Bruxelles lui demandant de revoir son projet de budget pour 2015. Une lettre qui reste en travers de la gorge de Matteo Renzi, le Président du conseil italien, alors que le budget de l'Italie prévoit un déficit sous 3%, contrairement à la France. Mais l'effort structurel est insuffisant au vu des critères européens.

L'Italie critique le Budget européen

Rome a réagi en montrant son intention de tenir tête à la Commission européenne. Le président du Conseil de la péninsule a ainsi publié la lettre de Bruxelles. 

" Pubblicheremo tutte le lettere e soprattutto tutti i dati economici dei palazzi di Bruxelles". En français: "Je publierai toutes les lettres et surtout toutes les données économiques des palais de Bruxelles", a prévenu sur son compte Twitter Matteo Renzi.

En somme, le chef du gouvernement italien menace de publier le coût des institutions européennes. Une manière de signifier qu'avec Bruxelles, c'est "faites ce que je dis mais pas ce que je fais".

Dans les faits, le budget 2015 de l'Union européenne est en augmentation de 5%, les dépenses administratives enflent et les effectifs baissent de manière très modérée: 308 personnes sur plus de 47.000 fonctionnaires. Jose Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, a regretté la publication de la lettre par Rome jeudi. 

Jean-Baptiste Huet et BFMbusiness.com