BFM Business

Budget 2015: les députés votent le volet recettes, malgré l'abstention des frondeurs

L'Assemblée a voté à une courte majorité la partie recettes de la loi de finances pour 2015.

L'Assemblée a voté à une courte majorité la partie recettes de la loi de finances pour 2015. - Pierre Andrieu - AFP

Par 266 voix contre 245, les députés français ont voté mardi le volet recettes du projet de loi de finances pour 2015.

Les députés ont voté le volet recettes du projet de Budget 2015, par 266 voix contre 245. Au total, 39 socialistes "frondeurs" se sont abstenus. Parmi eux figurent les anciens ministres Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, ou encore Delphine Batho.

De leur côté, l'immense majorité des écologistes ont fait de même. La droite, l'UDI (centre), et le Front de Gauche ont voté contre. Finalement, le vote n'a été positif que grâce à l'appui des radicaux de gauche, alliés à la majorité socialiste. 

Le score est donc encore plus serré que lors du vote de confiance, lors duquel Manuel Valls avait obtenu 269 voix pour, et 244 voix contre. Le Sénat examinera à son tour cette première partie du PLF 2015 à partir du jeudi 20 novembre, le vote final par le Parlement étant prévu autour du 20 décembre.

Les socialistes satisfaits, l'UMP souligne la faiblesse de la majorité

Interrogé sur cette faible majorité sur un texte marqueur de l'appartenance à une majorité politique, François Hollande s'est contenté d'un commentaire laconique. "Il a été voté, c'est bien", a-t-il déclaré lors d'une visite au salon de l'alimentation à Paris.

Cette première partie du projet de loi de finances 2015 a été "adoptée sans vote bloqué ni recours au 49.3, un soutien clair du groupe socialiste au gouvernement", s'est pourtant félicité le chef de file des députés socialistes de la commission des Finances, Dominique Lefebvre. 

L'opposition, à l'instar de Lionel Tardy (UMP) a pour sa part souligné que le volet recettes avait été "adopté de justesse". "Ça promet sur la deuxième partie, les dépenses! La chasse aux frondeurs peut débuter!" a raillé un autre UMP, Philippe Gosselin.

Le projet de budget 2015 prévoit de ramener le déficit public de 4,4% du PIB en 2014 à 4,3% en 2015. Le gouvernement table sur un taux de croissance de 1%, 7,7 milliards d'euros d'économies sur les dépenses de l'Etat et 3,7 milliards sur les collectivités territoriales. Soit un total de 21 milliards d'euros d'économies avec les 9,6 milliards qui seront réalisées sur la Sécurité sociale dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFFS) pour 2015 que les députés examinent cette semaine.

Cette partie recettes prévoit une baisse de l'impôt pour les ménages les plus modestes avec notamment la suppression de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu.

Y.D. et N.G. avec AFP