BFM Business

Travail de nuit dans le commerce alimentaire: l'exécutif renvoie à une concertation

-

- - Kenzo Tribouillard- AFP

Le projet de loi sur l'assouplissement du travail de nuit dans les commerces alimentaires sera présenté demain en Conseil des ministres. Les modalités exactes de l'application seront définies après une concertation de six mois.

Muriel Pénicaud doit présenter mercredi en Conseil des ministres un projet de loi intitulé "diverses mesures d'ordre social". Et c'est l'article 6 concernant l'organisation du travail de nuit dans les commerces alimentaires qui fait l'objet du plus d'intérêt. Il devrait autoriser le gouvernement à passer par ordonnances sur ce sujet.

Tous les détails de son application (horaire, contreparties, etc) ne seront pas indiqués dans ce projet de loi, pour les connaître, l'exécutif renvoie à une concertation de six mois. Si la concertation produit ses effets, il y aura alors des ordonnances pour mettre en place ces nouvelles dispositions. 

Actuellement, le Code du travail établit que le travail de nuit commence à 21h et doit avoir un caractère exceptionnel. Certaines zones touristiques font déjà l'objet de dérogations, comme sur les Champs-Elysées.

Les opposants à cet assouplissement de la loi qui encourage le travail à des horaires tardifs évoquent notamment les risques sur la santé des employés. Une étude américaine a ainsi relevé que les femmes travaillant la nuit pendant plusieurs années sont davantage exposées au risque de cancers du sein, gastro-intestinal et de la peau. A savoir maintenant si c’est directement lié au fait qu’elles travaillent la nuit.

Quant à l'ouverture des magasins le dimanche après-midi, elle est elle aussi très discutée. Pour ne pas mobiliser les salariés, les enseignes font donc appel à des caisses automatiques.

Fanny Guyomard avec AFP