BFM Eco

Retraite: "Nous allons devoir travailler plus longtemps", insiste Edouard Philippe

Sur TF1 ce soir, le Premier ministre a tenu à rassurer les Français sur la solidité du futur système tout en rappelant que quel que soit le système qui naîtra des négociations, les Français devront travailler plus longtemps.

Un système plus juste, plus solide, plus transparent et dans lequel les Français devront travailler plus longtemps. Invité du 20h de TF1 ce jeudi soir, le Premier ministre a tenu à rassurer les Français sur le futur système de retraites que le gouvernement s'apprête à négocier avec les partenaires sociaux. Mais en traçant tout de même une ligne rouge: celle de la durée du temps au travail. 

"Il faut dire la vérité aux Français: compte tenu de la réalité démographique, nous allons travailler un peu plus longtemps que ce soit avec la durée de cotisation ou l'âge pivot", a insisté Edouard Philippe. 

Âge pivot pour toucher sa retraite à taux plein voulu par Jean-Paul Delevoye ou allongement de la durée de cotisation préféré par Emmanuel Macron, le premier ministre n'a pas tranché ce soir sur TF1 mais a tout de même laissé percer une préférence pour le second en assurant que le "système devra tenir compte des carrières longues". Or c'est l'allongement de la durée de cotisation qui permettrait à ceux qui ont commencé à travailler très jeune de bénéficier pleinement de leur retraite sans attendre un âge pivot.

"Le chauffeur de bus du Havre a le même travail que celui de la RATP"

Concernant les régimes spéciaux, le Premier ministre a bien confirmé et ce à la veille d'une importante grève à la RATP que dans le futur système qui devrait entrer en vigueur en 2025 ils n'auraient plus lieu d'être. "Il y a actuellement 42 régimes de retraites différents, il est bien difficile de s'y retrouver [...] et les gens ont l'impression que les avantages des autres se font à leur détriment", a rappelé Edouard Philippe en citant un exemple: "Un chauffeur de bus du Havre, de Bordeaux ou de Metz a parfois le même travail qu'un de la RATP et il a un régime de retraite qui n’a rien à voir. Ne peut-on pas essayer de refonder totalement un système pour faire en sorte qu’il soit universel ?"

Le futur régime de retraites par point sera négocié avec les partenaires sociaux dans les prochaines semaines. Il devrait être voté d'ici l'été prochain pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2025. Il ne devrait cependant pas produire ces effets pleins avant 2040. "Les Français qui sont nés avant 1963 ne sont pas concernés par la réforme qui entrera en vigueur le 1er janvier 2025. Nous prenons le temps de discuter, de construire, de trouver des solutions adaptées à chaque situation, a rappelé le ministre. On aurait pu ne rien faire et laisser dire "demain tout explose, on reconstruira". Mais moi je veux garantir la solidité du système."

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco