BFM Business

Sapin demande aux entreprises d'"investir, embaucher, innover"

Michel Sapin évoque la responsabilité des entreprises françaises

Michel Sapin évoque la responsabilité des entreprises françaises - Nicolas Tucat - AFP

Le ministre des Finances a estimé, ce lundi 18 août, que les entreprises françaises doivent prendre leurs responsabilités. Elles doivent aider à l'effort collectif et embaucher plus.

"Nous donnons aux entreprises des moyens pour investir, embaucher, innover. Elles doivent saisir cette chance". Michel Sapin a tapé du poing sur la table ce 18 août dans un entretien à Libération.

Interrogé sur le fait que les entreprises commencent à toucher le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) sans pour autant investir, Michel Sapin rétorque que "c'est le moment de concrétiser les possibilités" que donne ce dispositif. "Il y a une responsabilité évidente des entreprises françaises", ajoute le ministre.

Pourtant, l'investissement a reculé au deuxième trimestre. "Je souhaite, et je le dirai à l'université d'été du Medef, que chacun prenne ses responsabilités", poursuit Michel Sapin. "Le gouvernement a pris les siennes, je souhaite que l'Europe le fasse aussi. Mais il faut que les entreprises prennent les leurs."

Pas de réorientation du pacte de responsabilité

Face aux indicateurs économiques très sombres des dernières semaines, il n'y a "pas nécessité de réorienter le pacte (de responsabilité, ndlr), mais de l'appliquer", estime le ministre.

"Le pacte en tant que tel n'est pas encore en vigueur, donc il ne peut être considéré comme la cause de la situation actuelle", assure-t-il. "Notre responsabilité, c'est de le mettre en oeuvre, afin de redonner aux entreprises les marges qu'elles connaissaient en 2007, et qui se sont écroulées entre 2007 et 2012. Il faut leur permettre d'investir et d'embaucher. C'est une politique qui complète le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), qui entre en vigueur cette année et montera en puissance d'ici à 2017", explique Michel Sapin. "Cette politique conduira à redonner aux entreprises les 40 milliards d'euros de marges qu'elles ont perdus." 

Le ministre des Finances, a par ailleurs précisé que l'objectif de déficit public du gouvernement serait de "l'ordre de 4%. Au-dessus de l'objectif de 3,8%, mais inférieur à celui de 2013", au lieu de plus de 4% auparavant. 

D. L. avec AFP