BFM Business

Rentrée syndicale à la SNCF: à quoi faut-il s'attendre?

Laurent Brun est le leader de la fédération CGT-Cheminots.

Laurent Brun est le leader de la fédération CGT-Cheminots. - Jacques Demarthon - AFP

Les négociations entre syndicats et patronat vont reprendre ce mardi, en vue d’une nouvelle convention collective dans le ferroviaire. Et la CGT entend bien faire monter la pression. Un premier mouvement de grève est prévu le 9 octobre.

La grève historique du printemps n’aura pas suffi à faire plier le gouvernement, mais les syndicats n’entendent pas baisser les armes. Il s’agit désormais de sauver ce qui peut encore l’être, alors que la réforme ferroviaire a acté la fin du statut de cheminot. Dans quelles conditions seront embauchés les nouveaux employés de la SNCF? C’est tout l’enjeu de la prochaine convention collective, dont les négociations reprennent ce mardi.

Pour l’occasion, la CGT organisera des rassemblements un peu partout en France pour "peser sur les négociations". L’idée étant de négocier une convention de branche - pour l’ensemble du secteur ferroviaire, donc - la plus favorable possible pour les salariés. Comprendre: qui se rapproche le plus du statut de cheminot.

Un mouvement le 9 octobre

Cette négociation est cruciale à bien des égards, en particulier car elle fixera les modalités de transfert d’une entreprise à l’autre, lors de l’arrivée de la concurrence dans le rail. Rémunérations, garanties sociales, billets de train gratuits, droit syndical…Autant de points sensibles qui devraient donner lieu à d’âpres discussions.

Le patronat, lui, sera représenté par l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP). Bien qu’ayant promis une "convention collective de haut niveau", il n’entend pas vraiment accorder un statut de cheminot bis à l’ensemble de la branche ferroviaire. "En conséquence, ce futur cadre social de branche (...) ne saurait être constitué de la reprise de l'ensemble des éléments actuellement inclus dans le statut des cheminots", écrivait ainsi l’organisation au mois de mai.

Si les partenaires sociaux devraient mettre un certain temps à accoucher de ladite convention, le trafic SNCF devrait bien être perturbé le 9 octobre prochain, pour cause de grève. La CGT et Force Ouvrière, notamment, y participeront. Mais il s’agira d’une journée de mobilisation interprofessionnelle car, comme l’a répété Philippe Martinez sur BFMTV au début du mois, "il y a toujours une série de problèmes qui sont là".

Yann Duvert