BFM Business

Quand Piketty se paie Macron

Thomas Piketty n'est pas du tout sur la même ligne qu'Emmanuel Macron concernant les mesures à prendre sur le terrain économique.

Thomas Piketty n'est pas du tout sur la même ligne qu'Emmanuel Macron concernant les mesures à prendre sur le terrain économique. - Justin Sullivan - Getty Images - AFP

Emmanuel Macron a beau se réclamer des thèses de l'économiste star, ce dernier se démarque des mesures préconisées par le ministre de l'Economie dans le projet de loi qui porte son nom.

Piketty et Macron, des visions antagonistes sur les mesures à prendre sur le terrain économique. L'auteur du best-seller international "Le Capital au XXIe siècle" n'est pas un partisan du projet de loi du ministère de l'Economie. Au contraire. Un désaccord qu'il a pu formuler lors de son passage à Bercy pour un colloque sur les inégalités vendredi 23 janvier.

L'économiste pourtant proche du PS a ainsi estimé que le "problème des inégalités, c'est d'abord le chômage, et celui des jeunes". La Loi Macron, qui prévoit de libéraliser certains secteurs comme les transports par bus, ne représente pas une solution. "La libéralisation est sans doute utile, mais ce n'est pas à la hauteur. Un quart des jeunes sont au chômage, ils ne vont pas tous devenir conducteur d'autocar", a ironisé l'auteur.

Une ironie d'autant plus mordante que le ministre de l'Economie assure s'être inspiré des thèses de Piketty pour rédiger son projet de loi, et qu'il a cité l'auteur à plusieurs reprises dans le discours qu'il a prononcé quelques minutes après l'intervention de ce dernier.

Hollande n'a "rien renégocié du tout"

Pour Thomas Piketty, la loi Macron s'attaque à des "choses secondaires", qu'il oppose aux "choses essentielles". Pour lui en effet, la priorité économique du jour est de lutter contre le chômage de masse en mettant fin à l'austérité budgétaire en Europe.

L'économiste prône notamment la remise en cause du traité budgétaire européen adopté en France en 2012 qui vise à empêcher les Etats de creuser encore leur déficit. Une aberration aux yeux de Thomas Piketty qui pourfend la rigueur, ses conséquences sociales et son efficacité économique.

Et ce dernier de critiquer François Hollande qui, lorsqu'il était candidat à la présidentielle avait promis de renégocier lors de son arrivée au pouvoir. "Il est temps que le gouvernement français arrête de dire qu'il a renégocié ce traité, il n'a rien renégocié du tout", tranche l'économiste, pour qui la France devrait peser de tout son poids pour rouvrir les discussions sur ce thème en Europe.

L'auteur du best-seller mondial, "Le Capital au XXIe siècle", qui a refusé la légion d'honneur il y a quelques semaines aurait accepté "tout de suite" l'invitation du Trésor à intervenir à cette conférence sur les inégalités, assurent ses organisateurs. Une belle occasion pour lui de pourfendre publiquement la loi Macron.

N.G. avec AFP