BFM Business

Pour Macron, 67 milliardaires français, ce n’est vraiment pas assez

Emmanuel Macron a exprimé le souhait de voir des jeunes Français devenir milliardaires.

Emmanuel Macron a exprimé le souhait de voir des jeunes Français devenir milliardaires. - Eric Piermont - AFP

Le ministre de l’Economie a souhaité mardi que davantage de jeunes Français aient "envie de devenir milliardaires", provoquant un début de polémique à gauche. On en compte pourtant deux fois moins en France qu’en Allemagne, et la comparaison est encore plus spectaculaire avec les Etats-Unis.  Etat des lieux.

Et si Emmanuel Macron avait raison ? Evoquant l’économie numérique en souhaitant que les "jeunes Français aient envie de devenir milliardaires", le ministre de l’Economie a, une fois encore, fait bondir une partie de la gauche française.

Mais sa volonté d’encourager l’entreprenariat – puisque c’est cela dont il s’agit – a l’avantage de mettre en lumière la grande différence qui prévaut entre les très grandes fortunes américaines et françaises.

Parmi les 400 milliardaires identifiés aux Etats-Unis par le magazine Forbes (liens 400 wealthiest etc), figurent un grand nombre de trentenaires ou de quadragénaires qui ont su faire fructifier ce qui n’était au départ qu’une start-up.

Dans le top 15, ils sont par exemple près de la moitié à avoir bâti leur fortune dans le secteur des nouvelles technologies : Bill Gates (Microsoft, 81 milliards de dollars), Mark Zuckerberg (Facebook, 34 milliards) , Larry Page (Google, 31,5 milliards), Sergey Brin (Google, 31 milliards) et Jeff Bezos (Amazon, 30,5 milliards).

Trois fortunes issues de la high-tech

On en est loin en France, selon le dernier classement des plus grandes fortunes professionnelles établi par le magazine Challenges. Parmi les 67 milliardaires français, ils ne sont que 3 à avoir fait fortune dans la high-tech : Xavier Niel (9ème avec 8,5 milliards d’euros), Patrick Drahi (Numéricable, 6 milliards) et Pierre Omidyar (The Omidyar group, 5,1 milliards). De même que dans le top 5, seuls Bernard Arnault (numéro 1 avec 27 milliards d’euros), le patron de LVMH, et Gérard Mulliez( Auchan, 20 milliards) ont véritablement fondé l‘empire qui est à l’origine de leur fortune.

Une situation qui, d’ailleurs, prévaut aussi en Allemagne où l’on compte 135 milliardaires, avec un grand nombre d’héritiers dont le patrimoine est constitué de sociétés nées il y a plusieurs décennies : BMW, Aldi, Lidl…

En revanche, Emmanuel Macron aurait pu rappeler que, sous la gauche, passer dans le club très fermé des milliardaires ne relève pas vraiment de l’exploit. En 2014, leur nombre a crû de 22% par rapport à 2013, contre 7% au niveau mondial. Et surtout, Challenges n’en avait jamais recensé autant en France.

Yann Duvert