BFM Business

Trump envisagerait une taxe de 100% sur les importations de vin français

Donald Trump

Donald Trump - Doug Mills / AFP

Lors d'une levée de fonds en petit comité, le président américain aurait suggéré de taxer le vin français à 100% en réponse à la taxe GAFA sur les géants du numériques adoptée par le Parlement en juillet.

Pour Donald Trump, la pilule ne passe pas. Après avoir dénoncé fin juillet la "stupidité" d’Emmanuel Macron sur la taxe GAFA visant les grandes entreprises du numérique, le président américain envisage toujours des représailles, notamment en appliquant des droits de douane prohibitifs le vin français importé aux États-Unis.

Selon Bloomberg cité par Les Échos, si Donald Trump avait d’abord évoqué, sans plus de détails, des représailles "substantielles" contre la France "sur le vin ou sur autre chose", il aurait précisé son plan d’action à la mi-août lors d’une levée de fonds pour sa campagne à Long Island.

Devant une douzaine de riches donateurs, le locataire de la Maison Blanche aurait ainsi fait part de sa préférence pour une taxe de 100% sur les vins français. Difficile de dire s’il était vraiment sérieux... Toujours est-il que le représentant au commerce aux États-Unis, Robert Lighthizer entend recommander des droits de douane sur les produits français assez élevés pour compenser le poids de la taxe GAFA sur les entreprises du numérique.

Les géants du numérique auditionnés ce lundi

En attendant, une enquête a été lancée outre-Atlantique pour mesurer les effets de la taxe adoptée en juillet par le Parlement français. Les représentants des géants du numérique seront d’ailleurs auditionnés à ce sujet ce lundi par le Département américain du commerce. 

Pour rappel, la taxe dite Gafa, acronyme désignant les géants du numérique Google, Amazon, Facebook et Apple, crée une imposition des grandes entreprises du secteur non pas sur le bénéfice, souvent consolidé dans des pays à très faible fiscalité comme l'Irlande, mais sur le chiffre d'affaires, si celui-ci est supérieur à 750 millions d’euros.

Des taxes fixées par l'Union européenne

Déjà en juin, Donald Trump s’en était pris au vin français: "La France taxe beaucoup le vin et nous taxons peu le vin français", avait-t-il déclaré sur la chaîne d'informations financières CNBC. Et de poursuivre en indiquant que les États-Unis "autorise le vin français - qui est très bon - (...) à entrer pour rien. Ce n'est pas juste, nous allons faire quelque chose pour (rééquilibrer) ça".

S’il est vrai que les droits de douane imposés sur le vin français outre-Atlantique (entre 5,3 et 14,9 cents) sont moins élevés que ceux appliqués sur le vin américain arrivant dans l’Hexagone (entre 11 et 29 cents), Donald Trump oublie de préciser que la France ne fixe pas ses tarifs douaniers puisque ceux-ci sont du ressort de l’Union européenne.

Par ailleurs, si le vin est deux à trois fois plus cher outre-Atlantique qu’en France, ce n’est pas tant à cause des taxes appliquées par l’UE qu’en raison du nombre importants d’intermédiaires aux États-Unis (producteurs, distributeurs, détaillants) qui n’hésitent pas à se faire des marges conséquentes.

Paul Louis