BFM Eco

Crise des opiacés: la riche famille américaine Sackler accusée de transférer de l'argent en Suisse

Le magazine Forbes estime la fortune de la famille Sackler à quelque 13 milliards de dollars, un montant qu'elle réfute.

Le magazine Forbes estime la fortune de la famille Sackler à quelque 13 milliards de dollars, un montant qu'elle réfute. - STEPHANE DE SAKUTIN-AFP

La riche famille américaine Sackler, dont le groupe Purdue Pharma est au coeur de la crise américaine des opiacés, essaie de dissimuler l'étendue de sa fortune, en transférant notamment un milliard de dollars en Suisse, a affirmé hier vendredi la procureure de l'Etat de New York.

La richissime famille américaine Sackler est accusée outre-Atlantique de transférer une partie de sa fortune en Suisse. Ces transferts de fonds ont été révélés dans le cadre d'une enquête contre Purdue Pharma, groupe impliqué dans la crise des opiacés aux États-Unis et des membres de la famille Sackler menée par la procureure Letitia James. Celle-ci a sommé en août une trentaine d'institutions financières ayant fait des affaires avec les Sackler de lui fournir des informations, pour arriver à évaluer leurs avoirs.

Purdue Pharma commercialise notamment l'OxyContin, un antidouleur accusé d'être au coeur de la crise des opiacés, qui ont causé 47.000 morts par overdose aux Etats-Unis en 2017.

Selon la procureure américaine, ces documents "montrent des transferts d'argent d'environ 1 milliard de dollars entre les Sackler, des entités qu'ils contrôlent et de diverses institutions financières dont certaines ont transféré des fonds dans des comptes suisses", a déclaré Mme James dans un communiqué.

Une fortune estimée à 13 milliards de dollars

La procureure, qui confirmait ainsi des informations du New York Times, n'a pas cité le nom de la firme helvétique. Mais elle a souligné ne pas avoir encore obtenu tous les documents réclamés. De son côté, le magazine Forbes estime la fortune de la famille Sackler à quelque 13 milliards de dollars, un montant qu'elle réfute.

De nombreux États américains, dont New York, le Massachusetts, le Connecticut, la Pennsylvanie ou encore la Caroline du Nord affirment que leur fortune est plus importante et qu'elle est partiellement dissimulée dans des comptes bancaires en dehors des États-Unis. Forts de ce sentiment, ils s'opposent à un projet d'accord à l'amiable trouvé mercredi entre une vingtaine d'États américains et des milliers de collectivités locales, d'une part, et Purdue Pharma et les Sackler d'autre part, afin d'éviter un vaste procès prévu dans l'Ohio fin octobre.

"L'étendue des souffrances, des morts et la destruction causées par Purdue et les Sackler dépassent largement tout ce qu'ils proposent jusqu'ici", a notamment déclaré à l'AFP William Tong, procureur général du Connecticut, l'État américain où siège Purdue. Purdue Pharma serait prêt à s'engager à verser entre 10 et 12 milliards de dollars pour dédommager les plaignants et éviter ce procès, dont 2 à 3 milliards versés directement par les Sackler, selon des avocats des plaignants.

Frédéric Bergé avec AFP