BFM Business

Marine Le Pen s'en prend à la future réforme du code du travail

Marine Le Pen s'inquiète d'une "loi El Khomri puissance 1000".

Marine Le Pen s'inquiète d'une "loi El Khomri puissance 1000". - Anne-Christine Poujoulat - AFP

La présidente du Front national a de nouveau fustigé le projet de réforme par ordonnances d'Emmanuel Macron, visant à simplifier le code du travail.

Marine Le Pen a de nouveau fustigé, ce lundi sur franceinfo, la réforme du code du travail qu'entend mener le nouvel exécutif.

"Le code du travail n'est pas la priorité, ceux qui pensent qu'en licenciant plus facilement, on va créer de l'emploi se trompent, voilà, ils se trompent", a affirmé la présidente du Front national, alors qu'Emmanuel Macron recevra mardi à l'Elysée tour à tour les organisations syndicales et patronales.

"En réalité, la modification du code du travail en vue de plus de flexibilité, de précarité, est une demande du grand patronat depuis très longtemps" et "pas du petit" patronat, a poursuivi la candidate FN aux législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

"Loi El Khomri puissance 1000"

"Ce que demandent les petits patrons, c'est d'avoir des contrats, d'être libérés de la concurrence internationale déloyale" tandis que les "grands patrons demandent de pouvoir licencier le plus facilement possible et pouvoir agir sur une augmentation du temps de travail ou une baisse de la protection des travailleurs".

S'en prenant à la nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ex-"DRH spécialiste en plan social", Marine Le Pen a assuré que "comme beaucoup de Français (elle s')inquièt(ait) de cette loi El Khomri puissance 1.000 que M. Macron veut faire passer par ordonnances", et plus généralement que le nouveau président tienne "la pire de ses promesses, la mise en oeuvre d'une politique ultralibérale."

Elle n'a pas pour autant rejeté le principe d'ordonnances: "Ça peut être utile, mais des ordonnances pour faire passer des textes dont on sait que le peuple y est opposé, ça s'appelle un coup de force."

Y.D. avec AFP