BFM Business

Ski: les remontées mécaniques pourront finalement fonctionner pour de très rares exceptions

-

- - Flickr - CC Commons - Nemeth Csaba

Le décret encadrant la fermeture des remontées mécaniques a été publié. Il précise les exceptions possibles à cette décision, comme "les pratiquants mineurs licenciés au sein d'une association sportive".

Des stations de ski ouvertes pour les fêtes de fin d'année mais des remontées mécaniques qui devront rester fermées, c'est ce qu'a annoncé Jean Castex le 26 novembre dernier. Une décision confirmée dans un décret publié ce samedi 5 décembre au Journal officiel.

Mais ce décret fait état de quelques exceptions à cette interdiction. C'est notamment le cas pour "les professionnels dans l'exercice de leur activité", ce qui correspond aux personnel d’exploitation, services de secours et moniteurs pour des formations. Autres exceptions: les sportifs de compétition ou en formation mais aussi "les pratiquants mineurs licenciés au sein d'une association sportive affiliée à la Fédération française de ski".

"On est dans la droite ligne de l’hérésie de ce qu’on vit ces derniers temps", a réagi Alexandre Maulin, président de Domaines skiables de France (DSF) le syndicat des opérateurs, cité par Le Dauphiné Libéré. "On va laisser monter les gamins, et les autres attendront en bavant en bas?"

Quid des remontées "transport en commun"?

Le décret stipule aussi que les préfets pourront autoriser le fonctionnement des "remontées mécaniques à vocation urbaine et interurbaine", pour "l'accueil d'autres usagers dans les services de transport collectif public de voyageurs".

Le PDG de la Compagnie du Mont-Blanc explique être en discussion avec le préfet de Haute-Savoie pour maintenir ouvert le téléphérique de l’aiguille du Midi, et des trains du Mont-Blanc et du Montenvers.

"Je pars du principe que Chamonix c’est une ville. La tour Eiffel va pouvoir ouvrir et l'Aiguille du Midi, c'est la tour Eiffel des Alpes... Mais c’est pas gagné", résume-t-il toujours auprès du Dauphiné Libéré, le quotidien régional précisant que le téléphérique de la Bastille à Grenoble serait aussi concerné.

Des aides pour les stations de ski

En parallèle, le secrétaire d'État au tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a promis ce samedi des dispositifs d'indemnisation pour les commerces des stations de ski.

"On va mettre ce qu'il faut en dispositifs d'indemnisation. Il faut aider à la fois les saisonniers, qui seront éligibles au chômage partiel, il faut aider les commerces", a déclaré Jean-Baptiste Lemoyne sur Europe 1, affirmant travailler à un "dispositif nouveau" en faveur de l'ensemble des commerçants des stations, au lieu d'une partie seulement d'entre eux actuellement.

"Vendredi prochain, Jean Castex, le Premier ministre, recevra à nouveau les acteurs de la montagne et à ce moment là, on pourra annoncer ces dispositifs d'accompagnement", a-t-il précisé.
Julien Bonnet