BFM Business

Les partenaires sociaux sont conviés jeudi à une réunion avec Emmanuel Macron

La réunion, qui n'a pas encore été confirmée par l'Élysée, devrait se tenir jeudi 4 juin à partir de 10H00, a indiqué la CGT, qui n'a pas reçu l'ordre du jour.

La réunion, qui n'a pas encore été confirmée par l'Élysée, devrait se tenir jeudi 4 juin à partir de 10H00, a indiqué la CGT, qui n'a pas reçu l'ordre du jour. - Capture vidéo BFMTV

Les organisations syndicales et patronales ont été conviées par l'Élysée à une réunion, jeudi, avec le président de la République. Le but: réfléchir à des solutions à la crise économique et sociale causée par la pandémie, selon plusieurs syndicats. Une précédente réunion en visioconférence a eu lieu le 27 mars.

Alors que la récession de l'économie française pourrait atteindre -11% en 2020, la recherche de solutions à la crise sociale et économique causée par la pandémie et le confinement quasi total de 8 semaines qui en a résulté, va motiver la tenue d'une réunion entre Emmanuel Macron et les partenaires sociaux, dès cette semaine. Une réunion qui n'a pas encore été confirmée par l'Elysée, mais qui devrait se tenir à partir de 10H00 ce jeudi, a indiqué la CGT, qui n'a pas reçu l'ordre du jour. Le syndicat FO a aussi confirmé l'invitation, qui lui a été formulée "oralement" par l'Elysée, mais pas la CFDT.

"On ne sait pas si ce sera en présentiel ou en visioconférence", a dit Cyril Chabanier, président de la CFTC, qui lui aussi n'a pas reçu d'invitation formelle. "L'idée est de voir comment on peut lutter contre cette crise, avec le chômage, les faillites... Réfléchir à ce fameux monde d'après", a-t-il ajouté.

Une première réunion organisée le 27 mars en visioconférence

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avait évoqué vendredi dans Le Figaro une réunion entre Emmanuel Macron et les partenaires sociaux cette semaine "pour avancer sur la définition d'un contrat social renouvelé".

Lors du confinement, le président de la République avait organisé une première rencontre en visioconférence avec les organisations syndicales et patronales le 27 mars.

Au cours de cette réunion, les syndicats de salariés avaient demandé, entre autres : une interdiction des versements de dividendes; des sanctions à l'encontre des entreprises qui ne protègent pas leurs salariés contre le coronavirus; un bilan spécifique sur le télétravail ou la mise en place d'un "comité d'experts" pour suivre l'impact du confinement sur la population. Des revendications qui sont restées sans réponse. 

Frédéric Bergé avec AFP