BFM Business

Les fonctionnaires vont-ils remercier Hollande?

5,4 millions de fonctionnaires sont concernés par des augmentations générales

5,4 millions de fonctionnaires sont concernés par des augmentations générales - Anne-Christine Poujoulat-AFP

Après six ans de gel, le point d'indice servant à calculer les salaires des 5,4 millions d'agents publics est relevé à compter de ce 1er juillet. Cette mesure "préélectorale" permettra-t-elle à l'exécutif de retrouver la confiance des fonctionnaires?

On parle beaucoup de cadeaux préélectoraux ces jours-ci, avec jeudi encore la confirmation par François Hollande d’une baisse d’impôt de 2 milliards.

Parlons également du "cadeau" qui devrait être l’un des plus coûteux de la série: la hausse du point d’indice des fonctionnaires, point qui sert à calculer leur rémunération.

Six ans de gel

En avril, le gouvernement Valls a décidé d'augmenter ce point de 0,6% à partir de ce 1er juillet et de 0,6% de plus en février prochain. Il est vrai que les fonctionnaires n’avaient pas obtenu d’augmentation générale depuis 6 ans...

Ce qui ne signifie pas qu’ils n’ont pas été augmentés depuis 2010. Quasiment tous ont, en effet, profité d’augmentations liées à l'ancienneté et l’avancement ou à des revalorisations catégorielles. Mais celles-là, les syndicats les passent en général sous silence.

Dérive budgétaire

Pour chaque agent, cette revalorisation du point d'indice va se traduire par seulement quelques euros de plus par mois. Mais pour 5,4 millions de fonctionnaires, cela représente en année pleine plus de 2 milliards pour les caisses publiques, celles de l'État, des hôpitaux et des collectivités locales. 

Le problème, c’est que cette hausse du point d’indice intervient alors que le gouvernement a également promis un plan de revalorisation des carrières publiques qui va s’étaler jusqu’en 2020 et qui lui, coûtera selon la Cour des comptes près de 4 milliards par an.

Comme le constatait d’ailleurs cette même Cour mardi, la dérive des dépenses publiques en 2016 et surtout les années suivantes a une cause principale: le gonflement de la masse salariale après 10 ans de modération.

Mais en plus des augmentations de salaire, il y a aussi la reprise des embauches de fonctionnaires depuis 2015. Pour de bonnes raisons certes, puisqu'il s'agit de renforcer les effectifs de la police et de l’armée. Mais tout cela a un coût.

Hollande, meilleur ami des fonctionnaires

Mais au final, pour l’exécutif, chouchouter les fonctionnaires, est-ce finalement payant? Si l’on écoute les sondeurs, ils vous disent que pour l’instant, la défiance des fonctionnaires à l’égard de François Hollande et Manuel Valls est toujours très forte.

Mais l’exécutif peut faire remarquer que ses gestes ont eu un effet: les fonctionnaires n’ont pas rejoint la contestation de la loi El Khomri, comme l’ont fait les cheminots, qui eux non plus ne sont pas concernés par la réforme.

Et puis, François Hollande commence à distiller des petites phrases sur le thème: avec moi au moins, il n’est pas question de remettre en cause le statut de la fonction publique, de refaire travailler les fonctionnaires 39 heures ou de supprimer au moins 30.000 postes. Exactement ce que promettent Sarkozy, Juppé, Fillon ou Le Maire.

Au moment de voter, Hollande peut donc espérer redevenir le héros du secteur public...

P.C