BFM Business

Le télétravail améliore la productivité des salariés à court terme mais pas sur la durée

22% de gains de productivité grâce au télétravail.

22% de gains de productivité grâce au télétravail. - Pexels

Une étude de l'Institut Sapiens évalue à 22% les gains de productivité réalisés grâce au télétravail, mais prévient qu'une généralisation sur le long terme pourrait avoir des effets pervers contre-productifs.

Le télétravail a permis d'éviter une catastrophe encore plus grande. C'est ce qui ressort d'une étude publiée ce lundi par le think tank Institut Sapiens. Selon les auteurs de l'étude, sans les moyens technologiques nous permettant de travailler à distance, la chute de PIB français qui a atteint un record de 8,3% en 2020 aurait été bien plus dramatique.

Sans télétravail durant les confinements, la chute du PIB aurait atteint 17% au moins selon l'Institut Sapiens. "Il a permis de sauvegarder entre 216 et 230 milliards d'euros de Produit intérieur brut (PIB) en 2020, entre 167 et 173 milliards d'euros de PIB lors du premier confinement, et entre 49 et 57 milliards lors du second confinement", estiment les auteurs de l'étude cités dans Le Parisien.

Si ce constat ne fait guère débat, celui de la productivité des salariés en télétravail est davantage discuté. Pour certaines entreprises ou administration, le recours massif au télétravail entraînerait des baisses de productivité. Ce que l'étude de l'Institut Sapiens dément en partie. Les auteurs estiment en effet à 22% les gains de productivité des salariés qui sont en télétravail. Moins de distraction, moins de bruits, moins de pauses café ou de longs déjeuners... En travaillant seuls à domicile, les salariés se concentreraient plus sur leur tâche et seraient plus productifs.

Un gain qui s'expliquerait aussi par le cadre de travail.

"La réduction du temps de trajet qui est transformé en temps d'activité professionnelle ou en sommeil supplémentaire, une meilleure gestion de l'emploi du temps et une forte réduction des réunions inutiles et chronophages", énumère Dominique Calmels, cofondateur de l'Institut Sapiens, pour expliquer les conditions favorables du travail à domicile.

Effets négatifs sur le long terme

Les entreprises auraient-elles alors tort d'y être parfois réticentes? En passant tous leurs salariés qui le peuvent au télétravail à 100% pourraient-elles réaliser de substantiels gains de productivité? La réalité est un peu plus complexe assure l'Institut Sapiens.

"Imposé sur du long terme sans négociation avec les salariés ni suivis suffisants, le télétravail pourrait à l'inverse engendrer jusqu'à 20% de pertes de productivité", précise Laurent Cappelletti, coauteur de l'étude dans Le Parisien.

Si sur le court-terme et de façon encadrée, le télétravail permet de fluidifier la prise de décision et concentrer les salariés sur leur tâche, sur le long-terme, il est susceptible d'avoir des effets néfastes. Moins d'idées, démotivation des salariés isolés, désengagement de ces derniers distraits par les tâches domestiques peuvent entrainer des pertes de productivité sur le long terme pour des salariés à 100% en télétravail.

"Les effets sont en forme de cloche", résume dans Le Monde Marie Bouny, directrice de la Practice Performance sociale au sein du cabinet LHH. Autrement ils seraient positifs dans un premier temps, mais négatifs sur le long terme. C'est sans doute pourquoi les entreprises et les managers y sont le plus souvent défavorables.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco