BFM Business

Le pacte de responsabilité pourrait créer jusqu'à 800.000 emplois

Cibler les baisses de charges sur les bas salaires permettraient de mieux lutter contre le chômage.

Cibler les baisses de charges sur les bas salaires permettraient de mieux lutter contre le chômage. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Selon une étude de l'Institut Montaigne, révélée ce mercredi 12 mars, une baisse des charges de 10 milliards d'euros pourrait générer jusqu'à 800.000 postes. A condition toutefois qu'elle soit ciblée sur les bas salaires.

Les estimations se multiplient. Après une note du Haut Conseil pour le financement de la protection sociale qui, en février, estimait que le pacte de responsabilité pourrait créer jusqu'à 300.000 postes, une étude de l'Institut Montaigne évoque, elle, un chiffre bien plus important allant jusqu'à 800.000 emplois.

Cette étude révélée ce mercredi 12 mars par les Echos et consultée par l'AFP, s'appuie sur l'observation des effets du dispositif "zéro charge", lancé en décembre 2008 par Nicolas Sarkozy.

Introduit en pleine récession, il consistait à exonérer de cotisations patronales les embauches au niveau du salaire minimum dans les entreprises de moins de 10 salariés, l'exonération décroissant ensuite jusqu'à 1,6 Smic.

"Des effets rapides sur l'emploi"

En comparant l'évolution de l'emploi dans les entreprises de 6 à 9 salariés concernées par le "zéro charge" et dans celles de 10 à 13. L'étude pointe "effet fort et rapide" sur l'emploi.

"Au final, si l'on extrapole les résultats des "zéro charge" à l'ensemble de l'économie, un ciblage de 10 milliards d'allègements […] pourrait créer jusqu'à 800.000 emplois", écrivent Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo, auteurs de l'étude.

Ces résultats indiquent selon eux "sans ambiguïté que les réductions de charges doivent être ciblées massivement sur les bas salaires", car "c'est à ces niveaux de salaires que les entreprises sont les plus sensibles, et c'est pour ce type d'emploi qu'il y a le plus de candidats actuellement au chômage".

Des arbitrages en cours

Cependant ces conclusions impliquent donc de porter les baisses de charges sur les salaires inférieurs à 1,6 smic. Or le gouvernement réfléchit actuellement à ses options.

L'entourage de François Hollande a déjà indiqué qu'une partie des 10 milliards de baisses de charges ira aux bas salaires, et une autre aux rémunérations plus élevées, afin de ne pas nuire à la compétitivité. Mais la répartition des montants restent à arbitrer.

Ce mercredi, le Medef a prévenu qu'une baisse des charges concentrées sur les bas salaires serait "inacceptable".

J.M. avec AFP