BFM Business

Le niveau de factures impayées reste toujours très supérieur à la normale en France

Le taux de factures impayées reste à un niveau très élevé en France

Le taux de factures impayées reste à un niveau très élevé en France - Pixabay / FirmBee

Alors que l'activité se rapproche de la normale, près d'une facture sur trois reste en souffrance au 22 juin. Notamment dans le secteur "finance, assurance et immobilier" qui voit sa situation se dégrader encore, selon notre dernier tracker Sidetrade - BFM Business sur les retards de paiement des entreprises.

Si la reprise de l'activité à un niveau quasi-normal concerne de plus en plus de secteurs en France, le problème des retards de paiement, qui ont explosé lors du confinement, se pose toujours.

En effet, la décrue observée depuis quelques semaines est très lente, elle semble même stagner, selon la nouvelle édition de notre tracker sur les retards de paiement des entreprises*, publié semaine après semaine et réalisé par Sidetrade pour BFM Business.

La proportion des factures impayées de plus de 10 jours au 22 juin perd seulement 1 point à 29%, soit une croissance de +52% par rapport à la période précédant la crise (contre +54% une semaine plus tôt).

Dix points au-dessus de la normale

La part de factures en souffrance se situe donc toujours très au-dessus de la normale qui est de 19%.

"La stagnation des impayés en France se confirme avec une baisse de seulement 1 point en une semaine, pour la seconde semaine consécutive. Le taux d’impayés en France se situe juste en dessous du niveau constaté lors de la première édition du tracker (30% le 13 avril)", commente Sidetrade.

La situation par secteur d’activité s’améliore légèrement, avec toujours de fortes disparités: l'industrie demeure le secteur le moins touché par les retards de paiement (20%).

Le secteur information, communication, technologies fait son entrée sur le podium avec une situation en nette amélioration. Le secteur services public, qui avait intégré le trio des secteurs les plus touchés la semaine précédente, voit également sa situation s’améliorer nettement.

L'agroalimentaire reste le secteur le plus pénalisé en France (53% de factures impayées) tandis que le secteur "finance, assurance et immobilier" voit sa situation se dégrader encore (taux d'impayés de 45% contre 42% la semaine précédente).

Royaume-Uni: le mauvais élève de l'Europe

Au global, l'impact de la crise sur la trésorerie des entreprises en France est de 72 milliards d'euros. En une semaine, la baisse des impayés a libéré 7 milliards de cash-flow pour les entreprises.

On pourra néanmoins noter que cette stagnation est également observée dans les autres pays surveillés, avec des ratios d’impayés stables ou en repli très modéré.

Le seul pays en hausse (de 1 point) est l’Espagne. Le Royaume-Uni reste le pays avec le taux le plus haut (36%). Avec une nouvelle baisse de 1 point, les Pays-Bas sont le seul pays à présenter désormais un taux d’impayé inférieur à sa moyenne pré-pandémique, soit 15%.

Rappelons que notre outil est en libre accès pour l’ensemble des décideurs du privé et des pouvoirs publics et sera publié chaque semaine sur le site de BFM Business. Vous pouvez également suivre en direct l'évolution de la courbe sur cette page pays par pays.

*Le tracker Sidetrade – BFM Business restitue, semaine après semaine, l’évolution des comportements de paiement de plus de 3,7 millions d’entreprises au sein de six pays européens (France, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas). Sidetrade a analysé, depuis le 1er janvier 2020, plus de 26 millions de factures totalisant 54 milliards d’euros de transactions inter-entreprises. 

Olivier Chicheportiche