BFM Business

La ministre de la Santé veut faire la chasse aux arrêts maladie abusifs

Agnès Buzyn veut traquer les fraudeurs aux congés maladie en renforçant les contrôles. Mais les médecins estiment que l'augmentation des arrêts de travail est justifiée par la dureté grandissante de la vie en entreprise.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn, comme nombre de ses prédécesseurs, veut s'attaquer au trou de la Sécurité sociale. Une de ses cibles pour faire des économies: les abus liés aux arrêts de travail. Les vérifications chez les patients vont être renforcées.

"Il faut cesser d'être laxistes avec ceux qui abusent d'un système généreux. La Sécurité sociale multiplie les contrôles et dégage des moyens pour rechercher les fraudeurs", a indiqué la ministre dans le JDD. Ses services estiment que la fraude globale à l'Assurance maladie a coûté 1,2 milliard d'euros en 2016.

Des salariés de plus en plus malades du travail

Quant au montant des indemnités journalières liées aux arrêts maladie, il a augmenté de 5% l'an dernier. Mais les médecins réfutent tout laxisme. Le généraliste Jacques Battistoni, vice-président du syndicat MG France, admet signer de plus en plus d'arrêts maladie, mais à des salariés qui en ont de plus en plus besoin.

Comme nombre de ses confrères, le médecin considère en effet que ce sont les conditions de travail en entreprise qui poussent à l'augmentation des congés maladie. "Les salariés que nous rencontrons souffrent d'anxiété, de dépression, ils ont du mal à retourner au travail. On leur demande de faire toujours plus dans un temps qui n'augmente pas, avec souvent de moins en moins de personnes", détaille ainsi Jacques Battistoni.

Agnès Buzyn reconnaît de son côté des "défaillances de management au travail". Mais sans répondre à la demande du syndicat des généralistes qui accuse le gouvernement de confondre "cause et conséquences". Il réclame à l'Assurance maladie de formuler des dispositions pour "prévenir, mesurer puis limiter les conséquences" de la dégradation des conditions de travail des Français.

Gaël Giordana, Kevin Drouant et Guillaume Garet, édité par N.G.