BFM Business

La BCE a gagné un milliard sur la dette des pays d'Europe du Sud

La Banque centrale européenne a récupéré 1,1 milliards d'euros en 2012 en intérêt sur les titres de dette souveraine qu'elle détient

La Banque centrale européenne a récupéré 1,1 milliards d'euros en 2012 en intérêt sur les titres de dette souveraine qu'elle détient - -

La Banque centrale européenne peut se féliciter d’être autorisée à acheter de la dette souveraine sur le marché secondaire depuis 2010. L'an dernier, ces titres ont rapporté plus d’un milliard d’euros.

Pour l’heure, la crise de la dette en zone euro permet à la Banque centrale européenne (BCE) de faire des affaires. Selon les comptes annuels de l’institut d’émission, publiés jeudi 21 février, ses titres de dettes souveraines lui auraient rapporté plus d’1,1 milliard d’euros en 2012.

L’institution de Francfort n’achète pas ces titres directement auprès des Etats. Ce serait contraire à ses statuts. Mais en mai 2010, alors que les taux d’emprunt des pays d’Europe du sud explosent, elle commence à racheter des titres de dettes d’Etats en difficulté auprès de primo-acheteurs. Ce qui ramène le calme sur les marchés.

Les gains rétrocédés aux banques centrales

La moitié de la manne provenant du programme de rachat d'obligations d'Etat -555 millions d'euros- provient uniquement de son portefeuille d'obligations grecques.

Ces gains ne vont pas aller gonfler les caisses de la BCE. Les intérêts perçus sur ces titres grecs vont être rétrocédés aux banques centrales nationales qui elles-mêmes pourront mettre les montants correspondants à disposition. Et en bout de chaîne, les Etats rétrocèderont l'argent à Athènes, comme convenu dans un accord négocié l'an dernier avec le gouvernement grec.

C'était la première fois que la BCE publie le détail des obligations souveraines dormant dans son bilan. Le total s’élève à 208 milliards d'euros, dont la moitié de titres italiens.

N.G. et BFM Business