BFM Business

La Banque de France prévoit un rebond de croissance au 3e trimestre

La Banque de France (BdF), dirigée par François Villeroy de Galhaud, prévoit un rebond de 0,3% de la croissance de la France au troisième trimestre : une nouvelle qui devrait satisfaire Michel Sapin.

La Banque de France (BdF), dirigée par François Villeroy de Galhaud, prévoit un rebond de 0,3% de la croissance de la France au troisième trimestre : une nouvelle qui devrait satisfaire Michel Sapin. - Kazuhiro Nogi-AFP

Une semaine après le coup d’arrêt brutal du deuxième trimestre annoncé par l’Insee, la Banque de France (BdF) indique qu’elle attend un rebond de 0,3% de la croissance du PIB de la France au troisième trimestre.

Dans la torpeur de l'été, la Banque de France (BdF) ajoute une note d'optimisme sur la croissance française à venir. "Le produit intérieur brut (PIB) progresserait de 0,3% au troisième trimestre 2016", a indiqué la BdF dans une première estimation diffusée dans une note de conjoncture. Elle a établi cette prévision à partir de son enquête mensuelle auprès des chefs d'entreprise qui anticipaient en juillet 2016 un redressement de la production industrielle.

"Ce rebond concerne la plupart des secteurs", à l'exception de l'industrie automobile dont la production ralentit, a-t-elle expliqué. En revanche, l'activité a légèrement baissé dans le bâtiment, selon les chefs d'entreprise interrogés par la BdF, qui s'attendent à une légère diminution de l'activité en août. Les carnets de commande sont stables à un niveau assez élevé.

L'acquis de croissance s'établit à 1,1% pour l'Insee

Dans le secteur des services, la progression se poursuit "mais à des rythmes plus lents", du fait notamment d'un ralentissement des activités de conseil et d'informatique et malgré un rebond dans les transports, a indiqué la BdF.

La croissance française a stagné au deuxième trimestre, alors qu'elle était attendue en hausse de 0,3%, plombée notamment par la consommation et un recul des investissements, selon les premières estimations de l'Insee (Institut de la statistique et des études économiques) publiées le 29 juillet. Une performance jugée "décevante" par le gouvernement qui a toutefois maintenu sa prévision de 1,5% de croissance pour l'ensemble de l'année. La BdF table, quant à elle, sur une croissance de 1,4% au moins.

Pour l'heure, l'acquis de croissance - autrement dit la progression annuelle du PIB en 2016 en cas de croissance nulle sur les autres deux derniers trimestres - s'établit à 1,1%, selon l'Insee.

F.B avec AFP