BFM Business

L'Islande redonne du revenu aux ménages

La crise en Islande s’est traduite par une très forte dévaluation de la monnaie locale,

La crise en Islande s’est traduite par une très forte dévaluation de la monnaie locale, - -

L’Islande propose d’annuler une partie de la dette des ménages afin de leur redonner du revenu. Sur le plan économique, c’est de la même nature qu’une baisse d’impôt.

Que se passe-t-il en Islande ?

L’Islande vient de proposer d’annuler une partie de la dette des ménages. Ce qui est intéressant, c’est que la base de cette mesure est la dette privée. Depuis 2008, nous savons que le monde souffre de surendettement et aucune solution n’a encore été apportée au problème.
L’Islande a été le premier pays touché par la crise financière. La raison était un système bancaire hypertrophié par rapport à la réalité économique du pays. Cela a permis aux Islandais de s’endetter dans des conditions plutôt favorables. Ces emprunts avaient néanmoins la particularité d’être indexés sur l’inflation. Or, la crise en Islande s’est traduite par une très forte dévaluation de la monnaie locale, et qui dit dévaluation dit inflation. Ceux qui rêvent de sortir de l’euro pour pouvoir dévaluer ne devraient pas oublier cet élément.

Le problème est donc l'inflation ?

Paradoxalement en effet. Car l’inflation normalement efface les dettes. Mais dans beaucoup de pays, après les fortes inflations des années 70, ont été mis en place des mécanismes d’indexation des dettes sur l’inflation qui en font non plus un facteur de désendettement mais un facteur d’alourdissement. C’est aussi le cas en France où par exemple 10% de la dette publique est indexée, et cette part est de plus en plus importante.
Le problème reste le problème de base qui est celui du surendettement. L’inflation étant exclue pour résoudre ce problème, on en revient aux usages d’autrefois qui consistent à annuler ou tout au moins à étaler dans le temps à certaines périodes une partie des dettes, notamment privées. Cela pose évidemment le problème des créanciers qui perdent leur placement.

Que faut-il faire ?

On a coutume de dire que qui paie ses dettes s’enrichit ; en fait on peut retourner la formule : qui s’enrichit peut payer ses dettes. C’est-à-dire que la solution réside dans la croissance économique. Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire. Le problème est que les Américains qui donnent le ‘la’ en matière de politique économique au niveau mondial sont persuadés que l’endettement n’est pas un problème car le retour de la croissance est proche. Rien n’est moins sûr, et il faut s’orienter vers des rééchelonnements de dette, un effort accru d’épargne pour rembourser et se persuader que la crise trouvant son origine dans le surendettement, il faudra à l’avenir se montrer plus rigoureux.

Retrouvez toute l'actualité économique sur BFMBusiness

Jean-Marc Daniel