BFM Business

L'Estonie veut créer son "bitcoin" indexé sur l'euro

Le Premier ministre estonien, Juri Ratas, embrasse le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker

Le Premier ministre estonien, Juri Ratas, embrasse le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker - Ilmars Znotins - AFP

Le pays membre de l'Union européenne réfléchit à mettre au point sa crypto-monnaie qui pourrait notamment servir à payer les services de l'État. Tallin garantirait de racheter chaque "estcoin" par des euros. De quoi provoquer l'ire de la BCE.

L'Estonie, à la pointe d'innovations sur internet, avec l'e-gouvernement, Skype et les transferts d'argent de pair à pair Transferwise, caresse maintenant une nouvelle idée, celle d'un crypto-jeton, l'estcoin.

Esquissé par Kaspar Korjus, le directeur exécutif du programme gouvernemental de l'identité numérique, "e-Résidence", le projet d'estcoin a au départ provoqué la colère du gouverneur de la banque centrale européenne Mario Draghi, qui a interdit l'émission de crypto-monnaies aux pays de la zone euro, dont l'Estonie fait partie.

"Qu'arrivera-t-il si nous lions sa valeur à l'euro?"

Korjus affirme que l'estcoin sera un crypto-jeton plutôt qu'une crypto-monnaie, mais cette semaine il a suggéré qu'il soit chevillé à l'euro. "Si nous allons de l'avant avec l'estcoin, ce n'est pas en dépit des critiques, mais grâce à celles-ci, parce qu'elles nous permettent de mieux voir comment faire", a déclaré Korjus cette semaine dans un commentaire posté sur le blog officiel du programme d'e-Résidence.

"Qu'arrivera-t-il si nous introduisons l'estcoin et tout simplement lions sa valeur à l'euro?", s'est interrogé le responsable estonien, sans évoquer une date précise. La banque centrale estonienne a jugé l'idée "problématique", mais le ministère des Finances du petit pays balte a "salué" cette initiative.

Pas une alternative à l'euro

D'après Korjus, l'estcoin serait utilisé exclusivement dans le cadre du programme de la carte d'identité numérique, l'e-Résidence, lancé par Tallinn en 2014.

Ce programme offre un statut de résident "virtuel" à quiconque, sans nécessité de s'installer sur les bords de la mer baltique. Il est surtout dédié aux hommes d'affaires du monde entier qui souhaitent fonder une société dans l'UE et la gérer à distance, acquittant les impôts et apposant une signature numérique sur les documents nécessaires en Europe. Jusqu'à présent près de 28.000 clients internationaux ont obtenu l'e-Résidence en Estonie.

"Nous n'allons pas offrir une monnaie alternative à l'euro, mais il est possible que nous ajoutions certains avantages décentralisés de la crypto-monnaie à la stabilité et la confiance qu'offrent les monnaies fiduciaires, en limitant son utilisation à la communauté des e-résidents", explique Korjus. "Les euro-estcoins au sein de cette communauté pourraient faciliter les échanges globalement, tout en favorisant ceux entre les e-résidents et les Estoniens", suggère-t-il.

Des transactions gratuites

Selon le modèle qu'il propose, "les banques devraient placer des fonds en euro-estcoins et les retirer, mais les transactions pourraient se dérouler indépendamment d'elles, via le blockchain". "Cela veut dire que des échanges au sein de la communauté se dérouleraient gratuitement. Tout ce qu'il faut assurer, c'est un portefeuille numérique et l'engagement du gouvernement de racheter chaque euro-estcoin contre un euro", ajoute Korjus.

La technologie blockchain, lancée en 2009, est une méthode de transmission d'informations anonymes et infalsifiables, ayant permis l'apparition des crypto-monnaies, dont le bitcoin, et des paiements de pair à pair. La Banque d'Estonie a réagi en insistant sur le principe selon lequel "la seule monnaie légale en Estonie et dans la zone euro est l'euro".

Un projet "difficile à comprendre" pour la banque centrale

Sa porte-parole Ingrid Mitt a déclaré que la proposition de Korjus était "difficile à comprendre" et a mis en doute son utilité. "L'émission de jetons virtuels qui pourraient être convertis de manière illimitée en euros, selon un taux de change fixé officiellement serait plus problématique que ne l'imaginent les auteurs du blog", a dit Ingrid Mitt.

Bien qu'e-Résidence soit un programme officiel du gouvernement de Tallinn, "autant que nous sachions, il ne s'agit pas de propositions du gouvernement, nous n'avons pas été consultés lors de leur préparation", a-t-elle ajouté. Le gouverneur de la banque nationale estonienne Ardo Hanssen a souligné pour sa part que le recours aux crypto-monnaies est "très risqué", ont rapporté des médias locaux.

Une crypto-monnaie pour payer les amendes

Mais Siim Sikkut, secrétaire général adjoint chargé des communications et des systèmes d'information officiels au ministère des Finances, a adopté un ton plus chaleureux. "Nous saluons sans réserve l'initiative de l'équipe de l'e-Résidence", a-t-il dit aux journalistes.

Le débat sur l'estcoin s'amplifie alors que la crypto-monnaie la plus connue, le bitcoin, atteint des valeurs records et séduit tant Wall Street que des investisseurs individuels, notamment asiatiques.

Outre l'alignement sur l'euro, Korjus évoque deux autres options: l'estcoin "communautaire" et "identitaire". Le premier serait accordé aux volontaires qui contribuent à développer le programme estonien d'e-Résidence. Le second serait attaché à l'identité numérique d'une personne et pourrait être utilisé pour payer les sommes dues aux services de l'État, voire les amendes.

L'Estonie, futur centre mondial des ICO

L'Estonie ambitionne de devenir un centre mondial pour les ICO (Initial Coin Offerings, levées de fonds en crypto-monnaies), à travers son programme d'e-Résidence, souligne Korjus. "Notre objectif est de faire de l'Estonie la meilleure solution mondiale pour des ICO dignes de confiance, grâce à la collaboration entre nos secteurs privé et public permettant de profiter au maximum de nos qualités, dont notre environnement d'affaires transparent et notre programme d'e-Résidence", explique-t-il.

Sikkut est d'accord pour estimer que "l'idée d'offrir un environnement pour les ICO a du bon". "Pour le moment aucune décision concrète n'a été prise concernant l'émission de l'estcoin, ou d'une crypto-monnaie estonienne, a-t-il dit, mais il convient de prendre sérieusement en considération les options décrites dans l'article de Kaspar Korjus".

N.G. avec AFP