BFM Business

Impôts, pacte de responsabilité: Ayrault veut reprendre la main

Jean-Marc Ayrault va être sur plusieurs fronts cette semaine

Jean-Marc Ayrault va être sur plusieurs fronts cette semaine - -

Le Premier ministre va recevoir, lundi 27 janvier, patronat et syndicats pour évoquer le pacte de responsabilité. Mercredi 29, il lancera les Assises de la fiscalité des entreprises avant de mettre en place, vendredi, le groupe de travail sur les impôts des ménages.

Semaine très chargée pour Jean-Marc Ayrault. Lundi 27 janvier, il reçoit individuellement patronat et syndicats pour évoquer la mise en oeuvre du pacte de responsabilité annoncé par François Hollande le 31 décembre. Dans quelques semaines, il devra d'ailleurs engager la responsabilité de son gouvernement sur ce dossier devant les députés.

Mercerdi 29, il ouvrira les Assises de la fiscalité des entreprises également promises par François Hollande. Celles-ci devraient déboucher sur des annonces en matière de réforme des prélèvements pesant sur les entreprises. Il s'agit donc du second volet du pacte de responsabilité à côté de la baisse des charges.

Enfin, vendredi 31 janvier, il mettra en place le groupe de travail sur la fiscalité des ménages qui planchera sur les dossiers sensibles de la fusion CSG-IR ou encore de la retenue à la source.

Opération reconquête

Mais cette semaine chargée est aussi une opération reconquête pour le chef du gouvernement. Une opération entamée vendredi dernier avec une longue interview au Monde dans laquelle il s'exprime - mais sans apporter beaucoup de précisions- sur les grands dossiers du moment : baisse des impôts et des charges, pacte de responsabilité, réduction des dépenses publiques...

En fait, Jean-Marc Ayrault tente de reprendre la main sur des dossiers gérés directement depuis l'Elysée ou Bercy. A vrai dire, la tâche est difficile. Le pacte de responsabilité est l'idée du chef de l'Etat et sa mise en oeuvre relèvera surtout de Bercy où Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve sont les interlocuteurs directs des patrons.

Côté réduction des dépenses publiques, c'est François Hollande lui-même qui a décidé de présider chaque mois le Conseil stratégique de la dépense publique pour trouver 50 milliards d'euros d'économies d'ici à 2017. Une mission qui logiquement aurait dû revenir au Premier ministre. Il paraît donc clair que ce dernier n'aura pas grand chose à dire dans l'élaboration du budget 2015.

Réforme fiscale sans grand soir fiscal

Reste à Jean-Marc Ayrault la réforme fiscale. C'est d'ailleurs lui qui l'a lancée en novembre, forçant un peu la main au chef de l'Etat. Le Premier ministre veut donc être moteur en matière d'impôt des ménages. Mais il redoute aujourd'hui les conséquences de trip gros changements.

Evoquant dans son interview au Monde les avancées de la remise à plat de la fiscalité, Jean-Marc Ayrault affirmait ainsi que "l'objectif n'est pas le grand soir fiscal, mais d'abord de rendre l'impôt plus transparent et plus juste".

"Les contestations fiscales de la fin de l'année dernière ont montré que l'acceptation de l'impôt était en jeu. Il faut garantir au citoyen la transparence sur ce qu'il paie et sur la manière dont ses impôts sont utilisés". A lui désormais de préciser les choses avant l'été.

|||sondage|||1580

Patrick Coquidé