BFM Business

"Il n'y aura de baisse d'impôts que s'il y a une croissance supplémentaire"

Michel Sapin confirme la baisse d'impôts en cas de croissance plus importante que prévu.

Michel Sapin confirme la baisse d'impôts en cas de croissance plus importante que prévu. - Alberto Pizzoli - AFP

Michel Sapin, ministre des Finances, a confirmé les propos de François Hollande qui promettait une baisse d'impôts de 2 milliards d'euros si la France réalise 1,7% de croissance en 2017.

Pour Michel Sapin, la baisse d'impôts promise pour 2017 par le président de la République ne fait presque aucun doute. François Hollande avait en effet annoncé fin juin que si la croissance s'élevait à 1,7% l'an prochain, une baisse d'impôts de 2 milliards d'euros serait mise en place. Le ministre des Finances, dans un entretien à Europe 1, le confirme: "À 1,5% nous ne pouvons pas diminuer les impôts, mais si les choses vont mieux, 1,6% ou 1,7%, nous les baisserons".

Et pour Michel Sapin, les choses sont bien parties pour aller mieux. "Elles sont parties pour. Il y a quelques aléas qu'on n'avait pas forcément prévus comme le Brexit, mais si le Brexit n'a pas d'effet trop négatif sur la croissance européenne et française, les choses iront mieux encore l'année prochaine". Concernant ce référendum, le ministre est certes inquiet pour les entreprises françaises – "je crains l'incertitude, le fait de ne pas savoir, de ne pas comprendre, de ne pas pouvoir prendre de décision" – mais c'est surtout pour les "entreprises et le monde financier en Grande-Bretagne" qu'il est pessimiste.

Baisse durable du chômage

Le ministre des Finances rappelle qu'une croissance supplémentaire signifiera des rentrées supplémentaires, ce qui signifie que "nous pourrons nous permettre de baisser les impôts sans perdre l'objectif de crédibilité qui est de passer en-dessous des 3% de déficit l'année prochaine. Ce déficit de 2,7%, nous l'atteindrons l'année prochaine". Et Michel Sapin précise que cela signifiera aussi plus de créations d'emplois et donc une baisse durable du chômage.

Par ailleurs, concernant la loi Sapin II qui passe à partir de ce lundi devant le Sénat, Michel Sapin annonce qu'elle "sera plus sévère contre la corruption, la fraude, toute l'utilisation maléfique de l'argent. Cet argent qui corrompt c'est insupportable. Nous allons mettre la France au niveau des meilleurs pays du monde dans la lutte contre la corruption".

D. L. avec AFP