BFM Business

Grèce: réaction "positive" des créanciers, Tsipras évoque "le meilleur" accord possible

Grèce: les créanciers jugent "positive" la nouvelle proposition d'Athènes.

Grèce: les créanciers jugent "positive" la nouvelle proposition d'Athènes. - Andreas Solaro - AFP

Est-ce la fin de terribles négociations? Au lendemain de la présentation de nouvelles propositions par le gouvernement grec, les créanciers ont jugé de manière "positive" le plan d'Athènes, selon les confidences d'une source européenne consultée par l'Agence France-Presse (AFP). Avant un vote crucial du parlement grec, Alexis Tsipras, le dirigeant grec, a tenu un discours solennel avant d'appeler les députés de son pays à la "responsabilité nationale", pour "maintenir le peuple en vie".

Toujours selon une source européenne, si accord il y a, le nouveau plan d'aide pour la Grèce porterait sur 74 milliards d'euros.

"Nous allons y arriver" et "nous allons rester en Europe", jure Tsipras

Dans un même temps, le dirigeant grec Alexis Tsipras s'est exprimé devant son parlement. Au cours d'un discours grave et mesuré, il admis que le projet d'accord était "loin" des promesses de Syriza, mais qu'il était "le meilleur possible" en l'état. 

Très tendu, soucieux, le chef de l'exécutif a également reconnu des "erreurs" durant les presque six mois passés au pouvoir mais a assuré avoir fait "tout ce qu'il est humainement possible". S'exprimant devant les députés grecs, il leur a lancé qu'ils se trouvaient face à un "choix de haute responsabilité", portaient "le devoir national de maintenir le peuple en vie" et les a appelés à approuver le paquet de réformes et de financement soumis aux créanciers UE et FMI.

Appelant les Grecs à rester sereins, le chef du gouvernement a voulu afficher un certain optimisme, pour son pays, et pour l'Europe. "Nous allons y arriver" et "nous allons rester en Europe", a-t-il ainsi déclaré, tout en faisant part d'une extrême prudence.

la rédaction avec AFP