BFM Business

Pourquoi les femmes ont été moins médiatisées en 2018

Face à la médiatisation des footballeurs vainqueurs de la Coupe du Monde, même la victoire européenne des joueuses de handball ne suffit pas à augmenter le nombre de femmes dans le  top 1000 des personnalités les plus médiatisées en 2018

Face à la médiatisation des footballeurs vainqueurs de la Coupe du Monde, même la victoire européenne des joueuses de handball ne suffit pas à augmenter le nombre de femmes dans le top 1000 des personnalités les plus médiatisées en 2018 - FRANCK FIFE / AFP

A cause d'un effet mécanique causé par la victoire de la France à la coupe du monde de football, les femmes ont été encore moins visibles dans la presse française en 2018 qu'en 2017. Et cela, malgré les débats publics sur la parité et les violences faites aux femmes.

Où sont les femmes? La liste des 1000 personnalités les plus médiatisées en 2018 ne comportaient que 15,3% de femmes (contre 16,9% en 2017), deuxième niveau le plus bas en six ans, souligne Pressedd dont l'étude s'appuie sur l'analyse des 1500 premiers titres de la presse française (presse quotidienne nationale et régionale, presse magazine, presse hebdomadaire régionale, professionnelle et spécialisée) et de 1500 sites d'informations.

"Effet mécanique d'une plus grande visibilité des joueurs masculins de l'équipe de France de football?", s'interroge la plateforme. Sous l'impulsion du Mondial, la catégorie sport est pour la première fois la plus représentée dans le classement. Dans le Top 1000, 45% des personnalités les plus médiatisées sont des sportifs, 28% des politiques, 22% viennent du monde de la culture et des médias et 5% du monde des affaires.

Angela Merkel, Marine Le Pen et Theresa May

Les trois premières places du podium sont respectivement occupées par le président français Emmanuel Macron, le président américain Donald Trump et le premier ministre Edouard Philippe. Viennent ensuite trois personnalités sportives : Kylian Mbappé (4e), Didier Deschamps (5e) et Neymar (6e).

Il faut remonter à la 12e place pour trouver la première femme du classement, la chancelière Angela Merkel, suivie de Marine Le Pen (14e place) et Theresa May (18e place). Les femmes du Top 1000 enregistrent 13% du total des citations et elles sont 22% à avoir été citées en une de la presse écrite. Si c'est dans la sphère politique qu'elles sont le plus visibles, les personnalités féminines du classement sont majoritairement issues des domaines de la culture et des médias (45%, - 2 points par rapport à 2017).

Parmi les 50 premières personnalités féminines du classement, 26 sont issues de la sphère politique. Les sportives comptent pour 19% du classement et les femmes de la catégorie business n'en représentent que 1%.

Pascal Samama avec AFP