BFM Business

Pourquoi la finale victorieuse des bleus a fait faire des économies d'énergie aux Français

les Français ont fait à la fête dans la rue hier soir. Résultat: la consommation d'électricité dans le pays a fortement baissé

les Français ont fait à la fête dans la rue hier soir. Résultat: la consommation d'électricité dans le pays a fortement baissé - GERARD JULIEN / AFP

Gagner la Coupe du monde est bon pour la planète. Regroupés devant les écrans ou en train de faire la fête dans la rue, les Français ont très peu consommé d'électricité hier en fin d'après-midi.

Hier pour beaucoup de Français, la finale de la Coupe du monde était la principale activité du dimanche après-midi. En témoigne la consommation d'électricité qui a baissé, au plus haut des festivités, de 2300 mégawatt (MW) par rapport à un jour “standard” à la même heure. Pendant la demi-finale France-Belgique, la consommation d'électricité avait déjà enregistré une baisse de 1200 mégawatts dans l'Hexagone, soit l'équivalent de la consommation de l'agglomération lyonnaise.

Dans le détail, RTE l'exploitant du réseau de transport d'électricité note d’abord une forte hausse de la consommation électrique à +700MW, soit la consommation de la métropole lilloise, de 16h30 à 17h. “Les Français commencent à allumer les télévisions, à préparer les victuailles... On ouvre et referme les frigos”, explique une porte-parole de RTE. 

17h00, le match débute et l’activité s’arrête en France. RTE enregistre une chute de la consommation de 700MW par rapport à la consommation habituelle “soit une baisse de 1400 MW en quelques minutes”, remarque la porte-parole.

A 19h30 les Français sont dans la rue

Les Français restent figés devant leurs écrans pendant 45 minutes. À la mi-temps, on rouvre le frigo, le four, on allume son ordinateur, on recharge son smartphone: +500MW, soit l'équivalent de 500.000 fours micro-ondes qui s'allument en même temps. En deuxième période, la baisse atteint 2000 MW par rapport à un dimanche normal à la même heure.

Mais le plus étonnant, c’est qu’une fois le match terminé, la consommation va continuer à chuter. A 19h30, elle atteint son pic le plus bas: 2300 MW de moins qu’un dimanche normal. Les Français ont éteint les télévisions et descendent fêter dans la rue la victoire des Bleus. La consommation ne redeviendra habituelle qu’à 21h45.

Pour RTE, qui surveille seconde par seconde le réseau, ce genre de pic reste gérable. "On observe le même type de phénomène en hiver ou en été, quand les températures sont extrêmes”, quand les chauffages sont allumés tous à la même heure après la journée de travail par exemple. “Mais il est rare que ça soit pour un événement comme un match de foot”, remarque RTE. 

Anne-Katell Mousset