BFM Business

La Coupe du monde ne sera pas rentable pour TF1 malgré la victoire

Malgré l'exceptionnel parcours des Bleus, la Coupe du monde a réuni des audiences, comptabilisées par Médiamétrie, inférieures à celles des éditions précédentes, et devrait se traduire par une quinzaine de millions d'euros de pertes pour la chaîne TF1.

19,3 millions de téléspectateurs ont regardé dimanche 15 juillet sur TF1 la finale de la Coupe du monde entre la France et la Croatie, avec un pic à 22,3 millions lors de la fin du match, selon Médiamétrie. La première chaîne a atteint 82,2% de part d'audience, un record depuis le début de l'année et pour un match de foot depuis le 11 juin 2002.

Sur la journée de dimanche, la part d'audience de la chaîne s'établit à 44% en moyenne, le meilleur score depuis 2007. Il faut ajouter à cela l'audience réalisée par beIn Sports, qui diffusait aussi la finale, mais seulement à ses abonnés.

Rappelons que l'audience mesurée avait été plus élevée lors de précédentes coupes du monde, notamment en 1998 et 2006, dépassant à plusieurs reprises les 20 millions de téléspectateurs, le record étant détenu par la demi-finale France-Portugal en 2006 (22,2 millions de spectateurs).

Toutefois, l'audience mesurée par Médiamétrie est uniquement celle sur téléviseur au domicile, et ne tient pas compte des ordinateurs, smartphones, tablettes, du bureau, ni des lieux publics (bars, fan zones...). Médiamétrie chiffre les lieux publics à "15% d'audience complémentaire", via un système expérimental de mesure testé durant les cinq premiers matchs de l'Equipe de France. Pour sa part, Publicis Media chiffre le gain (en incluant les ordinateurs et smartphones) entre 28% et 38%, en se basant sur les quatre premiers matches. De son côté, Omnicom a compté tous ceux qui ont regardé la finale (chez eux, en famille dans un bar, dans une fan zone, ou dans un autre endroit public), et aboutit à 72% des Français de plus de 18 ans, soit 36,5 millions de personnes.

Spots au prix fort

Grâce au parcours des Bleus et aux bonnes audiences, TF1 a pu vendre ses spots de pub au prix fort. Ainsi, les 30 secondes durant la mi-temps de la finale étaient vendus 280.000 euros bruts (deux fois plus que si les Bleus n'avaient pas pu accéder à la finale). Soit autant que lors du concert annuel des Enfoirés, qui réunit traditionnellement le plus de spectateurs devant la chaîne. Hier soir, le tarif variait en fonction de l'ordre de passage au sein de l'écran publicitaire. Le premier spot coûtait 364.000 euros.

Au total, selon Publicis Media, la Une a engrangé 58 millions d'euros de recettes publicitaires nettes. Des résultats exceptionnels, mais qui ne sont pas suffisants pour rendre rentable le Mondial, à l'image des autres événements sportifs. En effet, son coût (en incluant les frais de production) est chiffré à 75 millions d'euros, dont 65 à 70 millions pour les seuls droits. L'opération devrait donc se traduire par une perte d'une quinzaine de millions d'euros. Toutefois, la Une est parvenue à réduire l'addition, notamment en achetant uniquement les 28 matches qu'elle souhait diffuser.

17 millions de pertes en 2010

Des pertes assez similaires aux éditions précédentes, sur lesquelles on dispose d'une vue détaillée. En 2014, TF1 avait acheté les droits pour 130 millions d'euros, avait récupéré 30 millions en revendant des matches à beIn Sports, mais passé dans ses comptes une dépréciation de la valeur des droits. En incluant les coûts de production, TF1 avait chiffré le coût des 28 matches à 73,7 millions d'euros, soit 2,6 millions d'euros par match. Les analystes avaient estimé la perte à plus de 30 millions d'euros.

Quant à 2010, TF1 avait acheté les matches pour 120 millions d'euros, puis revendu pour 33 millions d'euros de droits à Canal Plus et France Télévisions. La Une avait chiffré le coût des 27 matches à 77,6 millions (dont 7,6 millions de coûts de production), soit 2,9 millions d'euros par match, et au final estimé sa perte à 17 millions d'euros.

Pour mémoire, TF1 et beIn Sports avaient acquis en 2016 auprès de la Fifa les droits de diffusion en France des coupes du monde 2018 et 2022.

Jamal Henni