BFM Business

Les patrons de discothèque en colère après l'annonce de la fermeture pour 4 semaines

Les discothèques sont les seuls établissements qui fermeront 4 semaines. Une fermeture "injuste" qui tombe mal, car la fin de l'année est cruciale en termes de chiffre d'affaires, dénoncent les patrons.

"Ce sont encore les 1200 discothèques en France qui payent. Je ne suis pas sûr que 1200 discothèques soient responsables de toutes les contaminations" en France, fulmine sur BFMTV Thierry Montaine, président de l'organisation patronale Umih Nuit, et gérant de discothèque.

Cinq mois après la réouverture en juillet, les discothèques vont à nouveau devoir fermer leurs portes. Une mesure annoncée ce lundi par le Premier ministre Jean Castex. D'autres pays européens ont fait le même choix, à l'image de la Belgique.

"C'est la seule exception, nous fermerons les discothèques durant les quatre prochaines semaines à compter de vendredi prochain, car le virus circule beaucoup chez les jeunes,même vaccinés, a annoncé le Premier ministre. Nous le ferons avec un accompagnement économique."

"C'est injuste"

L'annonce a fait bondir les patrons de discothèques qui se sentent à nouveau pointés du doigt. "On ferme aujourd'hui les seuls établissements où l'on contrôle la pièce d'identité en France. C'est injuste", déplore Thierry Montaine, président de l'Umih Nuit, qui dénonce un "manque de courage politique" sur la vaccination obligatoire.

En effet, dans ces établissements, le protocole sanitaire était plus strict qu'ailleurs: le pass sanitaire était exigé à l'entrée, avec obligation de présenter une pièce d'identité. Par ailleurs, comme dans l'ensemble des établissements recevant du public, le port du masque était redevenu obligatoire dans les établissements de nuit fin novembre.

"Sur les 1600 discothèques, seules 1200 ont rouvertes en juillet, assure à BFM Business Christian Jouny, le président du Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs (SNDLL). Si on veut donner les derniers coups de marteau sur le cercueil du secteur, continuons comme ça."

Une période de fin d'année cruciale pour les discothèques

La fermeture intervient au mauvais moment pour les discothèques qui réalisent un très bon chiffre d'affaires en fin d'année, particulièrement au Nouvel An. "Hormis la fréquentation, c'est surtout le ticket moyen qui est excellent. On nous prive de notre meilleur mois de l'année", assure Thierry Montaine.

"La clientèle discothèque va se ruer dans les bars. Des établissements où il n'y a pas de ventilation car nous sommes en hiver et qu'il fait froid. Vous croyez vraiment qu'au Nouvel An les gens vont rester chez eux sans faire la fête?", ajoute le patron de l'Umih Nuit.

Si le gouvernement ne décide pas de prolonger la fermeture des discothèques, ces établissements devraient rouvrir le 7 janvier.

Les représentants des discothèques seront reçus dès mardi par Alain Griset, le ministre délégué chargé des PME, aux côtés des représentants du secteur de l'événementiel et particulièrement des traiteurs, dont l'activité est très affectée par la cinquième vague.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech