BFM Business

Les nouvelles restrictions sanitaires auront "un impact" sur les prévisions de croissance 2021

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse à Paris, le 4 mars 2021

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse à Paris, le 4 mars 2021 - ERIC PIERMONT © 2019 AFP

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a indiqué qu'une nouvelle évaluation de la croissance 2021 était en train d'être calculée par les services de Bercy.

"Il y aura nécessairement une conséquence". Invité ce vendredi chez nos confrères de CNews, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé que le gouvernement allait revoir sa prévision de croissance pour 2021 -jusqu'ici établie à 5,8%- à la baisse compte tenu des nouvelles restrictions sanitaires annoncées par Emmanuel Macron mercredi soir.

"Il est évident que lorsque vous fermez 150.000 commerces, que vous avez toute une partie de l’activité touristique qui ne peut pas tourner, que vous avez des écoles fermées... Cela aura bien entendu un impact sur l’actiité économique en 2021", a reconnu le locataire de Bercy.

La nouvelle prévision est "en train d'être évaluée", a-t-il dit, ajoutant qu'elle serait dévoilée "d'ici quelques jours".

Accélérer la ratification du plan de relance européen

Pour stimuler la relance après la crise, l'exécutif mise en partie sur le plan de relance européen de 750 milliards d'euros. Seulement voilà, certains pays tardent à le ratifier, ce qu'a fustigé Bruno Le Maire:

"Je constate que la cavalerie américaine arrive à temps, que l'argent il est là, il est aux Etats-Unis", a déclaré le ministre. "J'aimerais que la cavalerie européenne arrive aussi à temps", a-t-il ajouté, faisant part de sa "préoccupation" devant le fait que "la mesure sur les ressources propres, celle qui permet de décaisser l'argent européen, n'a toujours pas été ratifiée par les 27 Etats membres de l'Union européenne".

Le locataire de Bercy a dénoncé "des Etats comme l'Allemagne qui mettent des délais supplémentaires, puisque la Cour constitutionnelle allemande a été saisie pour savoir si oui ou non il fallait décaisser cet argent". "Moi j'ai promis aux Français que l'argent européen arriverait au début de l'été, début juillet. J'aime bien pouvoir tenir mes promesses et j'aimerais que l'Europe comprenne que nous ne pouvons pas attendre pour disposer de cet argent, qu'il faut accélérer les procédures et que l'Histoire ne repasse pas les plats", a-t-il insisté.

"La croissance c'est maintenant, la relance c'est maintenant, en 2022 ou 2023, ce sera trop tard, les Chinois et les Américains nous seront passés déjà devant", a encore résumé Bruno Le Maire.
https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis avec AFP Journaliste BFM Eco