BFM Business

La première cyber frégate de la Marine nationale portera le nom d'un héros de la 1ère guerre mondiale

La première des cinq frégates de défense et d'intervention prendra le nom de l'amiral Ronarc'h, un héros de la Première guerre mondiale

La première des cinq frégates de défense et d'intervention prendra le nom de l'amiral Ronarc'h, un héros de la Première guerre mondiale - Naval Group

Lors du lancement de la construction de la première des cinq nouvelles frégates de la Marine, Florence Parly a dévoilé leur nom. L'une d'elle s'appellera Amiral Ronarc'h, un hommage mérité pour cette figure de la Marine nationale qui s'est illustrée au cours du premier conflit mondial.

Ce jeudi, à Lorient, Florence Parly a officiellement lancé le programme de construction des nouvelles frégates de défense et d'intervention (FDI) qui équiperont peu à peu la Marine Nationale. La première de cette série de cinq, devrait entrer au service en 2025. Elle sera baptisée du nom de l'Amiral Ronarc'h. Si pour beaucoup, ce nom n'évoque rien, cet officier de marine a été l'un des piliers de la Royale entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle.

Né en 1865, Pierre-Alexis Ronarc'h entre dans la marine à quinze ans. Il parcourt toutes les mers en évoluant dans la hiérarchie militaire. En 1900, il est en Chine en tant que commandant en second et fait face à la révolte des Boxers, un mouvement nationaliste qui s'oppose au pouvoir et aux occidentaux. À 42 ans, il devient le plus jeune capitaine de vaisseau de France. 

L'amiral Ronarc'h
L'amiral Ronarc'h © Wikipedia

Patron des fusiliers marins de Lorient en 1914

En 1914, à 49 ans, il est contre-amiral et part à Lorient pour prendre le commandement des fusiliers marins. Cette brigade a été engagée dans de nombreuses bataille stratégiques lors de la première guerre mondiale. A Dixmude (Belgique), sa brigade de 6500 fusiliers marins fait face à 50.000 soldats allemands pendant trois semaines, durant des combats très durs du 16 octobre au 10 novembre 1914 sur le site stratégique de cette vile belge et sur les rives de l'Yser. En 1915, cette brigade est dissoute pour devenir un bataillon. En 1917, le "héros de la campagne de Flandres" fait la Une des journaux.

En 1919, Il est promu vice-amiral, puis chef d'état-major de la marine. Il décède en 1940 sans connaitre le rôle clé de ses fusiliers marins pendant la seconde guerre mondiale. L'un des leurs, le commandant Kieffer, crée les commandos marine, la seule unité française à débarquer en juin 1944. Il est indirectement lié à un autre acte héroïque. En 1940, son neveu, Pierre-Jean Ronarc'h, lui aussi amiral, s'empare du cuirasser Jean Bart pour partir en Afrique du Nord quelques heures avant l'arrivée des allemands à Saint-Nazaire. Ces marins constitueront la première armée de la France Libre.

En Bretagne, plusieurs rues et établissements publics portent son nom. Dans le Finistère (Quimper, Crozon, Landerneau et Lesneven) dans le Morbihan (Vannes, Lorient, Port-Louis et Quéven) et aussi à Nantes. Aucune à Paris que ses fusiliers marin ont protégé dès leur création en 1914 avant de s'illustrer dans plusieurs batailles stratégiques. Dans les Kerguelen, une presqu'île porte son nom.

La Marine nationale a déjà voulu rendre hommage à l'amiral Ronarc'h. La sixième frégate de type La Fayette aurait dû porter son nom, mais elle n'a jamais été construite faute de restrictions budgétaire. La première frégates de défense et d'intervention prendra donc enfin son nom. Les quatre FDI suivantes, à livrer d’ici à 2029, prendront respectivement le nom des amiraux Louzeau (1929-2019), Castex (1878-1968), Nomy (1899-1971) et Cabanier (1906-1976).

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco