BFM Business
en direct

EN DIRECT - Bruno Le Maire: "Nous maintiendrons la prime sur les véhicules électriques à 6000€ en janvier"

Invité de BFMTV et BFM Business ce mercredi, le ministre de l'Economie a promis de "protéger les Français qui en ont le plus besoin" face à la hausse des prix du carburant. Il a par ailleurs estimé que les tensions d'approvisionnement allaient durer "jusqu'à la fin de l'année 2022".

Ce direct est maintenant terminé

C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi.

"Travailler moins, on a essayé et ça a coulé la France"

Travailler 32 heures par semaine et être payé 35? La proposition formulée par Philippe Martinez de la CGT n'a pas les faveurs de Bruno Le Maire.

"Je ne comprends pas qu'on n'ait pas tiré les leçons du passé, a commenté le ministre de l'Economie. Travailler moins on a essayé et ça a coulé la France."

Selon Bruno Le Maire, c'est au contraire la plus faible quantité de travail en France qui serait la cause des problèmes de pouvoir d'achat.

"Si on a ce soir le débat sur le pouvoir d'achat c'est parce qu'on a voulu faire croire aux Français qu'en travaillant moins on pouvait gagner autant ou gagner plus, assure-t-il. Il n'y a pas d'alchimie du moins de travail qui donnerait plus d'emploi ou plus de richesse."

Au "travailler moins" promu notamment par le CGT, Bruno Le Maire assure préférer le "travailler mieux".

"Nous sommes en train de gagner la bataille contre le chômage"

Face au leader de la CGT, Philippe Martinez, Bruno Le Maire a assumé la politique de baisse de cotisations patronales sur les rémunérations inférieures à 1,6 Smic brut:

"La contrepartie des allègements des cotisations, c'est que nous sommes en train de gagner la bataille contre le chômage", a dit le ministre de l'Economie. "Nous sommes en train de sortir grâce à notre politique économique du chômage de masse et nous avons crée un million d'emplois en moins de cinq ans, ça c'est la réalité", a-t-il martelé.

"Quel type d'emploi?", a rétorqué Philippe Martinez. "La question de la qualité de l'emploi est essentielle. On peut créer des emplois précaires (...)", a-t-il rappelé. Il y a besoin aussi de faire de la formation qualifiante", a poursuivi le secrétaire général de la CGT.

LA VERIF - Les prix de l'alimentaire ont-ils baissé de 0,75% selon l'Insee?

Pas d'inflation dans la grande distribution? Selon Dominique Schelcher, le patron de Système U sur BFMTV, la hausse des prix est contenu dans les grandes surfaces.

"A fin septembre sur un an, on était à -0,75% selon l'Insee sur les prix de l'alimentaire, assure-t-il. Certains prix ont augmenté, d'autres ont baissé, le consommateur voit plus les prix qui augmentent que ceux qui baissent."

En vérité, si l'Insee a bien mesuré un recul des prix de l'alimentation en septembre de 0,8%, il s'agit d'une baisse sur un mois. Sur un an, l'Institut mesure plutôt une hausse -certes légère- de 1%.

Les panélistes qui mesurent les prix en grande distribution ont de leur côté mesuré globalement des baisses de prix. C'est le cas de Nielsen qui constate une baisse des prix de 0,5% en grande distribution sur un an. Selon le panéliste Iri, la déflation atteint 0,57% toujours sur un an.

Les panélistes constatent toutefois des hausses sur certaines catégories de produits comme sur les pâtes alimentaires premier prix en hausse de 9,66% sur un an selon Iri.

"Nous maintiendrons la prime sur les véhicules électriques à 6000€ en janvier"

Bruno Le Maire a annoncé le maintien en janvier prochain de la prime pour l'achat d'un véhicule électrique à hauteur de 6000 euros. "On continue de soutenir les ménages pour les accompagner vers la transition écologique", a-t-il déclaré.

Le ministre de l'Economie a reconnu que "le coût de la transition écologique sera vertigineux et les investissements qu'il va falloir faire pour électrifier le pays,pour réduire nos usages pour réduire les émissions de co32 vont se chiffrer en dizaines de milliards d’euros".

C'est pourquoi, "il va falloir accompagner et ça va être le rôle de l'Etat d'inciter à changer d'usage pour aller vers des usages décarbonés et en même temps accompagner financièrement", a-t-il ajouté.

Augmentation des prix: Bruno Le Maire ne "voit pas d'amélioration avant la fin de l'année 2022"

Interrogé sur la durée des tensions d'approvisionnement qui tirent les prix à la hausse, Bruno Le Maire s'est montré plutôt pessimiste: "On n'arrête pas de dire que l'augmentation des prix est transitoire. Tout dépend ce que l'on entend par transitoire. Je ne vois pas d'amélioration avant la fin de l'année 2022, au mieux", a-t-il dit.

En effet selon lui, "ces tensions d'approvisionnement risquent de durer tout au long de l'année 2022, c'est d'ailleurs le seul obstacle à une croissance encore plus forte et dynamique".

"L'enjeu des 20 prochaines années, c'est de ne plus subir ces augmentations des prix du gaz et du pétrole"

En matière d'énergie, "l'ambition politique" de la France "se résume à ne plus subir", a déclaré Bruno Le Maire. "C'est l'enjeu des 20-30 prochaines années: ne plus subir ces augmentations des prix du gaz et du pétrole", a-t-il dit.

Pour ce faire, "il faut accélérer la construction de notre indépendance vis-à-vis des énergies fossiles", a indiqué le ministre de l'Economie, évoquant des investissements dans le nucléaire et les énergies renouvelables. "Ce ne sera pas l'un ou l'autre. Au regard des besoins en éléctricité de la France, ce sera l'un et l'autre", a-t-il souligné.

Enfin, le locataire de Bercy a dit vouloir "se battre" à Bruxelles pour "réformer le marché européen de l'énergie".

Comment le gouvernement veut "amortir le choc" de la hausse du carburant?

Baisser la fiscalité? Distribuer des chèques carburants? Le gouvernement n'a pas encore trouvé la solution miracle pour "amortir le choc". Il devrait présenter le mécanisme choisi avant la fin de la semaine.

Pourquoi mettre en place un chèque carburant est compliqué? Nous vous expliquons pourquoi cette solution est complexe dans cet article.

Bruno Le Maire estime que le chèque carburant est "la solution la plus juste et efficace"

Alors que des annonces sur un coup de pouce pour les automobilistes victimes de la hausse des prix à la pompe sont attendues dans les prochains jours, Bruno Le Maire s'est dit davantage favorable à la mise en place d'un chèque carburant:

"Je pense que c'est la solution la plus juste et la plus effiace du point de vue environnemental", a-t-il dit, estimant que cette option permettrait de mieux "cibler" les Français qui ont le plus besoin d'une aide financière.

A l'inverse, une baisse des taxes est "contraire à ce que nous voulons faire en matière d'environnement, c'est-à-dire décarboner la France, investir dans les énergies renouvelables et dans le nucléaire", a ajouté le ministre de l'Economie, indiquant malgré tout que cela reste "un choix que nous étudions".

LA VERIF - Une personne au Smic touche 1500 euros net par mois?

Selon Bruno Le Maire, l'Etat a fait des efforts pour permettre d'augmenter le pouvoir d'achat des personnes qui touchent le salaire minimum.

Enumérant certaines mesures (augmentation de la prime d'activité, défiscalisation des heures supplémentaires etc.), le ministre de l'Economie estime que quand "on est au niveau du Smic on approche quasiment 1500 euros net par mois."

Avec l'augmentation du 1er octobre, le Smic mensuel brut est passé à 1589,47 euros par mois. Une personne au Smic touche ainsi 1240 euros net par mois. Pour une personne au Smic, la prime d'activité représente 230 euros par mois, ce qui porte le revenu net à 1470 euros par mois, un montant en effet proche de 1500 euros.

Augmentation des prix du carburant: "Il faut amortir le choc"

Alors que les prix du carburant ne cessent de grimper, Bruno Le Maire a indiqué qu'il fallait "amortir le choc et protéger les Français qui en ont le plus besoin".

"Ce que nous voulons faire avec le Premier ministre, c'est protéger comme nous l'avons fait pendant la crise économique", a poursuivi le ministre de l'Economie, rappelant également que les prix du gaz ont récemment été plafonnés, tout comme ceux de l'électricité: "Si nous ne fasions rien, c'était 15% d'augmentation sur la facture. Nous allons la plafonner à 4%", a-t-il dit.

Hôtels et restaurants: Bruno Le Maire demande aux entreprises "de faire un effort" pour les salariés

Evoquant les secteurs qui ont du mal à recruter comme l'hotellerie et la restauration, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance a demandé aux entreprises de faire un "petit coup de pouce":

"Ce n'est pas moi qui fixe les salaires. Je regarde ce qui se passe dans certains secteurs. Je vois bien que dans les restaurants, dans les hôtels, on cherche désespéremment dees bras. Donc je dis à ces secteurs là, il va bien falloir que vous aussi vous fassiez un effort".

Des négociations sont actuellement ouvertes dans ces branches, où les salaires sont souvent bas.

"Nous avons bien protégé les Français durant la crise"

Bruno Le Maire a défendu le bilan du gouvernement en matière économique, assurant avoir "bien protégé les Français durant la crise" sanitaire. "Nous avons crée un million d'emplois", a-t-il rappelé. Et d'ajouter: "La France est en train de se redresser, elle est dans la bonne direction et elle va ressortir plus forte de cette crise".

57% des Français ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a baissé depuis 2017

Les Français ont l'impression d'avoir perdu du pouvoir d'achat durant ce quinquennat. Ainsi, par rapport à 2017, 57% des Français ont le sentiment que leur pouvoir d’achat a baissé, dont 32% un peu et 25% beaucoup. A l’inverse 17% considèrent qu’il a augmenté, dont 11% un peu et 6% beaucoup. Un quart tout de même considère qu'il est resté stable.

Pour en savoir plus ⬇

Le pouvoir d'achat, préoccupation première des Français

Le thème du pouvoir d’achat est à ce jour celui "qui comptera le plus dans le choix des électeurs à l’élection présidentielle de 2022", selon les réponses à notre dernier sondage Elabe pour BFMTV, publié ce mercredi.

Ainsi, pour 45% des personnes interrogées, le pouvoir d'achat fait partie des trois thèmes qui compteront le plus dans l'élection à venir, 23% le citent même en premier. En seconde position on retrouve la sécurité (30% parmi les trois premiers thèmes, 10% en premier), puis l'immigration (27% / 9%).

Bruno Le Maire est l'invité de BFMTV et BFM Business à 21 heures

Dans un contexte de hausse généralisée des prix, en particulier de l'énergie, le ministre de l'Economie est l'invité de BFMTV et BFM Business ce mercredi à 21 heures à l'occasion d'une émission spéciale "Pouvoir d'achat: à tout prix!".

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco